ExpelliarmusConnexion
-29%
Le deal à ne pas rater :
Kit de mémoire vive PNY XLR8 2X8 (2 x 8Go) à 49,90€
49.91 € 69.91 €
Voir le deal

descriptionSweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé) EmptySweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé)

more_horiz

Xrci.gif

Sweets and greenery

Feat Nayla Drew


On ne peut pas dire que tu étais débordée, mais tu étais plus occupée que d’habitude depuis quelques jours. La Saint Valentin approchait à grands pas et tu avais quelques devoirs à rendre, ce qui te prenait pas mal de te ton temps. Sans compter l’affaire avec tes grand-parents et les prétendants qui s’étaient lancés dans la compétition que tu avais suggéré pour gagner ta main – tu doutais fortement qu’un d’entre eux réussisse, même si tu n’avais même pas pris la peine d’essayer de savoir combien il y en avait et comment ils étaient. Le physique t’importait peu, la seule chose qui t’inquiétait, c’était le fait d’en voir un ou plusieurs débarquer pendant tes vacances pour n’importe quelle raison. Tu avais demandé à ce qu’on ne te dérange pas à moins d’avoir complété la liste ou avoir des questions pertinentes auxquelles tes grand-parents ne pourraient pas répondre… mais les gens sont comme ils sont et ça te stressait et t’irritait d’avance.

N’arrivant pas à te concentrer dans ta planque habituelle, au fin fond des cachots du château à cause du bruit des premières années qui faisaient les cons dans les couloirs, tu optas pour aller ailleurs. Puisqu’il faisait beau et qu’il y avait de la neige, tu savais que les zones proches du lac seraient bondées, tout comme certains coins des jardins. Alors, tu décidas de te rendre aux serres – là où tu savais que tu pourrais te détendre. Les plantes étaient toujours de très bonne compagnie. Elles savaient te transmettre leur calme et très peu de gens s’y rendaient en dehors des cours de botanique et des heures du club. Tu étais un peu déçue qu’ils aient changé et réduit les horaires du club de botanique depuis deux ans, afin de permettre aux élèves de diversifier leurs activités. Tu préférais quand le club de potions et celui de botanique t’occupaient plus de temps. Mais soit.

Emmitouflée dans ta cape et ton écharpe, avec ton chat confortablement installé sous ton pull et ne laissant qu’à peine dépasser son petit museau au niveau de ton cou. Tu n’étais pas particulièrement de bonne humeur, puisque tu détestais la St. Valentin et qu’on te faisait pas mal chier, tous les ans, depuis que tu avais commencé à concocter des philtres d’amour personnalisés et à faire des tests en scred sur les personnes qui les prenaient. Ce n’était pas de l’Amortencia, mais tes philtres avaient du succès, comme à peu près toutes les potions que tu daignais partager avec les autres élèves – bien sûr, pour un prix modique qui te faisait récupérer ce que tu avais dépensé dans la récolte ou l’achat des ingrédients. En soi, tu n’avais pas besoin de l’argent, mais tu ne faisais que rarement quelque chose sans avoir une idée derrière la tête. Bien sûr, tu pouvais être désintéressée quand l’envie te prenait, quand il était question de flore, de faune ou d’aider les gens que tu appréciais. Pas pour le reste. Et les gens faisaient encore et toujours l’erreur d’accepter ce que tu semblais offrir de bonne volonté et avec bienveillance – notamment, des potions et certains aliments : soit c’était dans le but de progresser dans tes expériences personnelles, soit c’était pour faire une farce ou faire souffrir quelqu’un. Généralement, cette dernière option allait surtout envers tes propres camarades de maison et certains gryffondor – que tu avais en travers dans la gorge depuis des années. Au moins, les serpentards qui te connaissaient un minimum avaient appris qu’il ne fallait JAMAIS toucher à ce qui t’appartenait, surtout ton chat ou ta bouffe, au risque de le regretter.

D’ailleurs, en parlant de serpentard…
Un groupe de tes cadets étaient en train de martyriser une petite poufsouffle. Tu l’avais déjà vue plusieurs fois auparavant, mais vous ne vous parliez pas vraiment, en dehors du club de botanique – et c’était beaucoup dire. Tu étais plutôt du genre à rester dans ton coin et interagir le strict minimum avec les autres élèves. La petite conne qui agissait en chef du groupe de connes qui harcelaient la poufsouffle était la petite sœur du type qui avait osé frapper ton chat il y a quelques années et qui avait mangé tes douceurs à plusieurs reprises, jusqu’à ce qu’il a appris à demander s’il ne savait pas à qui ça appartenait – inutile de préciser que tu t’étais aisément vengée sur lui. En temps normal, tu n’étais pas du genre à te mêler de ce genre d’affaires, parce que ça ne te concernait pas. Mais tu n’aimais pas que les gens agissent de la sorte. C’était lâche, ça donnait une mauvaise image de votre maison et ça risquait de vous faire perdre des points. Et, puisque tu étais de mauvaise humeur, tu avais opté pour faire une croix sur tes habitudes. Faisant discrètement glisser ta baguette en dehors d’une de tes manches, la gardant cachée sous ta cape, tu t’es approchée à quelques mètres du groupe. Tu n’étais pas très grande, en soi, tu avoisinais le mètre 65 seulement, mais on te considérait intimidante. Non pas à cause de ton physique ou de ce que tu pouvais leur faire physiquement, mais de ce que tu pouvais faire pour les humilier – tu avais des dossiers sur pas mal de gens.

Pourquoi n’iriais-tu pas enquiquiner ton frère plutôt, Jenna ? lanças-tu, haussant suffisamment la voix pour te faire entendre. Tu savais que son père avait la gifle facile quand il était question d’échec scolaire et d’abus envers d’autres élèves. Il était très permissif avec pas mal de choses, mais il ne demeurait pas moins strict pour le reste. Tu le connaissais un peu parce qu’il travaillait avec ton père au Ministère. Sauf si tu préfères que la prochaine fois que tu rentres chez toi ton cher papounet t’en colle ENCORE une et que tu passes les vacances privée de sortie et de visites, hm ?

Les vipères qui accompagnaient ladite Jenna et qui faisaient des misères à la petite poufsouffle allaient rétorquer quelque chose, dans un pseudo-élan de courage avant que leur leader les arrête net. Elle rougissait de colère, embarrassée par ton intervention qui avait attiré l’attention d’autres personnes qui passaient dans cette partie du parc, sortant des cours et autres. Elle allait dire quelque chose quand tu l’as interrompue pour ajouter une couche à sa colère :

J’ai cru comprendre que tu avais eu plusieurs D et P. Ce n’est pas étonnant. Je me demande même ce que tu fais à Serpentard. Tu n’es même pas capable d’avoir une bonne note en trichant, surtout en Histoire de la Magie. D’ailleurs, en parlant de tricher... Est-ce que tu as dit à ta besta que son T dans le devoir de Potions était dû au fait que tu l’avais échangé avec le tien ? ajoutas-tu, parlant de faits véridiques. Le visage de Jenna devint blanc comme un linge et sa meilleure amie se tourna vers elle, outrée – une rouquine qui la pot-collait et qui était aussi cruelle qu’elle. Oh… J’ai dit quelque chose qu’il ne fallait pas ? C’est dommage.

Tu pris un faux air désolé, mais ton regard montrait que, au contraire, tu étais fière d’avoir frappé là où ça faisait mal – sans compter le fait d’avoir semé la discorde dans le groupe de vipères. Remarquant enfin qu’il y avait d’autres gens qui regardaient de loin ce qui se passait et qui avaient certainement entendu ce qui avait été dit, la blonde bouscula la rousse et le groupe de serpentardes s’en alla en vitesse, humiliées et mal à l’aise.

Ça- Ça ne restera pas comme ça, Shacklebolt ! s’exclama Jenna, de loin. Et TOI, Drew, tu perds rien pour attendre !

Pas un mot, pas un geste de ta part.
Tu ne te sentais pas concernée par ses menaces, mais tu savais qu’elle pouvait toujours essayer de s’en prendre à votre cadette. Tu savais que cette histoire allait arriver, d'une façon ou d'une autre, aux oreilles des parents de Jenna et des professeurs - ce que tu attendais avec impatience. Tu avais mis un bon coup de pied dans la fourmilière sans même avoir à sortir ta baguette, finalement. Fronçant légèrement le nez, tu dévisageas brièvement les autres élèves, leur faisant comprendre que le spectacle était fini, puis tu t’approchas de la poufsouffle – respectant vos espaces personnels.

Tu vas bien ? demandas-tu à ta camarade de club. Ta voix n’était pas aussi neutre que lorsque tu échangeais avec les membres du club, tu te montrais un peu plus… amicale, pour ainsi dire.  Esquissant un mince sourire, tu fis un commentaire avec une pointe d’humour : Poufsouffle a un don pour se mettre dans la ligne de mire de serpentard… C’est pire qu’avec gryffondor, ma foi.


Dernière édition par Eleanor I. Shacklebolt le Sam 10 Avr - 13:05, édité 1 fois

descriptionSweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé) EmptyRe: Sweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé)

more_horiz
tumblr_n5c4up6I131slur46o2_500.gif tumblr_n5c4up6I131slur46o4_500.gif
Sang-de-bourbe
Nayla travaillait calmement en se faisant bercer par le doux son du ronronnement de Kero, couché en petite boule dans le capuchon de sa cape, bien caché à la vue de tous. Normalement, elle n’aurait pas dû le traîner comme ça en cours, mais le petit chaton affectueux semblait terriblement s’ennuyer en son absence. Alors, quand il n’était encore qu’un bébé, la jeune sorcière avait pris l’habitude de le porter ainsi, en secret. Maintenant, il était adulte, mais il restait plutôt de petite taille, du coup, même s’il était un peu plus lourd, leur petit secret passait toujours inaperçu.

Drew avait donc terminé son cours de botanique alors que son matou dormait toujours dans son capuchon, et avait décidé de rester dans les serres, se dirigeant vers celle occupée par les plantes du Club de jardinage pour voir comment évoluait les choses. Elle n’avait toutefois pas réalisé qu’elle était suivie, et ne se doutait toujours de rien alors qu’elle prenait soin des rosiers qui serviraient à décorer le château pour la St-Valentin dans quelques jours.

Trois élèves de son niveau, chez les Serpentard, l’avaient suivie et s’étaient mise à insulter son sang tout en renversant se plants et détruisant ainsi des heures de travail, et pas seulement les siennes! Normalement, Deryn était toujours là pour la protéger contre ses collègues de maison, mais elle avait un cours après celui de botanique, contrairement à Nayla. L’adolescente regardait donc autour d’elle d’un air effrayé en se cherchant une échappatoire, mais rien dans la situation ne semblait à son avantage. Pire, Shacklebolt arrivait. Même si la septième année ne lui avait jamais vraiment cherché des noises et qu’elle était aussi membre du Club de jardinage, Drew ne la connaissait pas assez pour être rassurée. Après tout, elle était une verte, elle aussi. Et plus âgée, alors elle allait certainement venir assister les plus jeunes à l’emmerder? Soupirant de découragement, la pauvre Poufsouffle ferma les yeux en abandonnant tout courage de s’en sortir indemne…

Si bien qu’elle n’en crut pas ses oreilles lorsqu’elle entendit Shacklebolt arrêter les plus jeunes, menaçant Jenna de faire connaître à son père la nature de ses méfaits. Nayla ne comprenait pas vraiment la portée de cette menace, mais elle rouvrit les yeux, intriguée, et à l’expression de Jenna, ce n’était assurément pas de bonne augure. Stupéfaite, elle entendit ensuite la septième bombarder la cinquième de différentes menaces et moqueries visant à la démonter devant ses amies. Visiblement, les mots d’Eleanor avaient piqué dans le mille, puisque le groupe de Serpentard parti, sous les regards moqueurs des quelques curieux qui avaient regardé la scène. Embarrassée par toutes ces paires de yeux qui se posaient sur elle, Drew ne sut comment réagir, se taisant donc malgré la menace laissée par Jenna avant de partir. Qu’aurait-elle pu dire de toute façon? Sans Deryn, elle était incapable de répliquer!

Voulant se détourner de l’attention générale, Nayla tourna le dos pour commencer à ramasser le terrible désordre laissé par ses consœurs vertes. Baguette à la main, elle sauva ce qu’elle pu, une moue attristant son visage en jetant ce qui était perdu pour toujours. C’est alors qu’Eleanor s’enquit de son état, la faisant à nouveau se retourner vers elle, une expression de surprise sur le visage. Pour peu qu’elle pouvait se souvenir, c’était probablement la première fois que Shacklebolt lui adressait directement la parole. Et gentiment en plus?

-Heu… je… oui… merci… bredouilla-t-elle, intimidée par son aînée verte, reposant ses yeux sur les rosiers sur lesquels elle travaillait un peu plus tôt.

Le ton amical, voir humoristique, d’Eleanor la déstabilisait. Elle ne s’était pas attendue à être sauvée, encore moins qu’elle engage ainsi la conversation de façon sympathique. Nayla haussa les épaules à la remarque de Shacklebolt sur les Poufsouffle. Elle savait que la couleur de sa maison n’était pas vraiment la raison pour laquelle on l’emmerdait autant.

-C’est plutôt parce que j’suis une « sang-de-bourbe » qu’elles me cherchent tout le temps… marmonne-t-elle à contre-cœur en se mordant les lèvres d’embarras. Les autres Poufsouffle n’ont pas de problèmes, généralement, avec les Serpentard. Juste moi.

Soupirant bruyamment, Nayla se retourne à nouveau vers Eleanor, les sourcils froncés, pleins de questions dans le regard.

-Pourquoi tu m’as aidée, au juste? Je veux dire… je te suis reconnaissante de l’avoir fait, vraiment. Merci. Mais pourquoi? Tu ne me connais pas? Oh, c’était juste pour récupérer notre travail sur les roses, je suis bête, fait comme si j’avais rien dit…

Évidemment, pourquoi Shacklebolt aurait-elle pu vouloir voler à son secours? Ce n’était, en vérité, probablement pas cela son intention, elle aimait les plantes, c’est tout. Elle avait volé au secours des fleurs, pas de Nayla, c’était évident maintenant !

Codage par Libella sur Graphiorum

descriptionSweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé) EmptyRe: Sweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé)

more_horiz
Xrci.gif

Sweets and greenery

Feat Nayla Drew


Pour le coup, tu étais certainement la dernière personne dont cette petiote s’attendait à recevoir de l’aide.  Elle était aussi surprise et confuse par ton geste que par ton attitude amicale. Il est vrai que tu n’agissais pas souvent de façon désintéressée auprès des autres élèves et que, en général, tu avais plus d’une raison pour le faire afin de tourner tes interventions à ton intérêt – tels que l’échange de faveurs ou d’information, par exemple.

Au moins, elle ne mentait pas en disant qu’elle n’avait rien, même si, indéniablement, le mal subit était surtout d’ordre psychologique. Apparemment, elle s’était surtout fait insulter de sang-de-bourbe, un mot qui te titillait depuis petite, comme tant d’autres insultes que la société pourrait qualifier de racistes. Celle-ci, en particulier, tu la trouvais stupide et surfaite, mais toi, qui maniais les mots à la perfection, tu étais bien placée pour savoir que presque n’importe quoi pouvait blesser autrui si on savait comment le tourner et quand le dire – les mots sont des puissantes armes si on savait en user correctement.

Ton regard perçant scrutait silencieusement ta cadette tant qu’elle avait le courage de te répondre. Tu sondais ses ressentis, confondus parfois avec celui de vos familiers respectifs et ceux des plantes que le groupe de harpies avait martyrisées et que la petiote avait tenté de remettre en place. Elle avait les sourcils froncés, mais elle avait tellement de questions en tête… Toutefois, quand elle osa te demander pourquoi tu l’avais aidée, elle capitula peu après, te disant d’oublier la question en supposant que tu l’avais uniquement fait pour votre travail commun en botanique, tu ne pus t’empêcher de hausser un sourcil.

Je me doute que ça doit être blessant et agaçant de se faire rabaisser constamment avec de tels mots, mais… sais-tu ce qu’est la bourbe ? lui demandas-tu, t’approchant d’autres plantes qu’elle n’avait pas encore replacées et réparées. Tu sortis ta baguette de ta manche et, d’un léger mouvement, tu lanças un Reparo informulé sur les pots cassés. Les sorciers l’utilisent de façon à qualifier un sang comme étant impur et sombre, mais ce n’est pas vraiment une insulte, à mon humble avis. Ça n’en est une, que si on se laisse atteindre par elle. La bourbe est beaucoup de choses, mais ce n’est pas de la simple boue. C’est de la fange ou du limon, des sédiments pleins d’histoire et bien plus utiles que l’eau qui les recouvre : c’est quelque chose d’indispensable, qui permet la vie dans beaucoup d’écosystèmes ou qui l’héberge. Si les nés-moldus et les sang-mêlés sont ce soi-disant dépôt, considère les sorciers qui font preuve de l’ignorance et de la stupidité nécessaires à l’utilisation de ce mot comme étant l’eau stagnante qui surplombe la bourbe. Elle s’adapte et retrouve toujours sa voie, là où l’eau stagnante pourrit et s’évapore.

En prononçant des mots aussi crus que francs, tu étais on-ne peut-plus sérieuse et, en soi, tu n’avais pas tort. Encore aujourd’hui, beaucoup de sorciers de sang pur se pensaient supérieurs aux sang-mêlés, mais ces gens-là, à tes yeux, n’étaient, en effet, que de l’eau pourrie. Ce n’était pas la première fois que tu tenais ce discours face à un sang-mêlé qui s’était fait embêter, mais… la dernière fois que tu l’avais fait, c’était auprès d’une ex-amie qui t’avait trahie quand tu étais plus jeune. Les trahisons et humiliations étaient, sans doute, l’une des raisons pour lesquelles tu étais devenue aussi réservée et que tu préférais ne pas te rapprocher d’autrui, à moins d’avoir des raisons valables de le faire. Chassant ces pensées, tu replaças les plantes d’un autre mouvement de baguette, marquant une courte pause avant de te tourner de nouveau vers ta cadette.

Il n'y a plus beaucoup de sorciers qui n'aient pas des moldus dans leur arbre généalogique, tu sais ? Et puis, entre nous : une bonne partie des plus grands sorciers existants et ayant existé sont de sang-mêlé, en commençant par certains des directeurs de Poudlard : Albus Dumbledore, Minerva McGonagall et Severus Rogue sont des sang-mêlés – ce dernier est l’une des personnes que j’admire le plus et j’aurais tout donné pour pouvoir suivre ses cours de Potions. Harry Potter l’est aussi, tout comme les célèbres botanistes Elladora Ketteridge ou Hadrian Whittle. Nos origines et notre sang ne font pas de nous des meilleurs ou des pires sorciers, Nayla. ajoutas-tu, lui adressant un mince sourire. Et, pour répondre à ta question : non, je ne suis pas là pour le travail sur les rosiers. À la base, je cherchais un coin tranquille où concocter mes potions, mais… crois-le ou non, je n’aime pas qu’on s’en prenne à quelqu’un en groupe – c’est d’une bassesse sans nom, même pour un serpentard. précisas-tu, rangeant ta baguette pour fouiller rapidement dans l’une de tes poches, pour en sortir quelque chose de sucré. Ajoute qu’elles sont vandalisé les plantes, qu’elles nuisent à la réputation de notre maison et, surtout, je ne les apprécie pas, alors que toi, si.

Sur ces mots, tu adressas un petit sourire complice à la cinquième année, avouant que tu l’appréciais, même si tu ne la connaissais pas. Tu pris un bonbon avant de lui en proposer silencieusement. C’étaient des douceurs moldues que tu adorais, provenant de la France, qui plus est. Ton père et vos connaissances t’en offraient quand ils venaient à la maison ou pour tes anniversaires, entre autres.

descriptionSweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé) EmptyRe: Sweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé)

more_horiz
tumblr_n5c4up6I131slur46o2_500.gif tumblr_n5c4up6I131slur46o4_500.gif
Bonbon
Étant persuadée qu’elle s’était gravement fourvoyée et que Shacklebolt n’avait fait fuir ses tourmenteuses que parce qu’elle voulait protéger les plantes de la serre, Drew se sentit bien stupide et songea retourner dans son mutisme habituel en la présence de la Serpentard. Mais celle-ci l’étonna à nouveau en faisant preuve d’empathie, puis en lui demandant si elle savait ce que signifiait le mot « bourbe ». Trop stupéfaite pour ouvrir la bouche et prononcer quelque chose de cohérent, Nayla n’eut pas le temps de lui dire que oui, elle savait, avant qu’Eleanor ne s’élance dans une explication qui la laissa encore plus bouche bée. Bien sûr, elle connaissait la définition exacte du mot, mais l’analogie que la septième année lui avait offerte et qui comparait les sangs purs à de l’eau pourrie l’étonna tant qu’elle eut l’air d’un poisson hors de l’eau pendant quelques secondes : la bouche ouverte, les yeux grands ouverts, l’expression fixe.

-Je… je croyais que tu étais aussi de Sang pur… bredouilla-t-elle, confuse. Les… les Shacklebolt sont des « vingt-huit », non?

L’histoire de la magie n’était peut-être pas sa matière la plus glorieuse, mais Nayla avait quand même été capable de retenir les noms des grandes familles… parce qu’ils représentaient de potentiels ennemis, comme elle l’avait appris assez tôt. Heureusement, elle avait découvert tout aussi vite, en la personne de Deryn Slughorn, que tous les sangs purs ne détestaient pas systématiquement les nés-moldus… Du moins pas toujours. Elle n’avait tout de même pas tellement l’habitude qu’une autre descendante des « vingt-huit » parle de la sorte des gens de son sang.

-Mais en effet, ce n’est pas le mot en tant que tel qui est dérangeant… soupire Nayla en ramenant son attention sur ses fleurs et se remettant au travail distraitement. C’est le ton employé pour le dire, les gestes posés pour le soutenir… et la répétition, années après années.

Étonnement, Drew semblait avoir perdu toute gêne. Le tout premier monologue d’Eleanor l’avait mise en confiance, elle avait baissé sa garde. Le second eut tout autant d’impact sur l’opinion que la Poufsouffle se faisait de cette Serpentard, et elle acheva de se détendre. Oui, elle était au courant qu’il y avait de fortes chances que les « grandes lignées » aient été mêlées secrètement à des sang-mêlés au travers du temps, mais il n’y avait pas vraiment de preuves à cela. Toute évidence était toujours détruite justement pour préserver le mensonge sur les lignées. Nayla eut une petite moue de dégoût qu’elle parvint mal à masquer en entandant le nom d’un ancien professeur de potions. Deryn aussi l’avait en admiration, comme bon nombre de Serpentard. Du peu qu’elle savait de lui, Drew était plutôt soulagée de ne l’avoir jamais rencontré. Elle était doué en cette matière, mais elle était certaine qu’elle n’aura pas su briller sous la tutelle de cette homme. Quand même, le point de Shacklebolt était qu’il y avait eu de brillants sang-mêlés, et à cela, Nayla ne put se retenir d’ajouter une remarque, avec un petit sourire en coin.

-De brillants nés-moldus aussi. Je sais que le sang n’a rien à voir. Ce n’est pas ce qui me dérange, c’est…

Avec beaucoup de retard, Shacklebolt avait fini par répondre à sa question. « Qu’on s’en prenne à quelqu’un en groupe ». Eleanor l’avait dit avant elle. C’était exactement ça. Ou qu’un individu s’acharne à temps plein sur la même personne. Pour des raisons aussi débiles que la « couleur » du sang.

-Le problème c’est que je n’ai pas la force de défendre ces points si brillamment soulevés lorsque je fais face à l’adversité, chuchote-t-elle à mi-voix en haussant banalement les épaules comme si ce n’était pas très grave.

Du coup, cela faisait d’elle une cible facile. Nayla fronça les sourcils, surprises, en se voyant offrir un bonbon de la part de cette fille qui lui adressait directement la parole pour la première fois, alors qu’elles avaient passé tant de moments pourtant dans cette serre, en s’ignorant royalement. Sa main tremblant encore malgré elle à cause de l’adrénaline des événements précédents, Drew accepta la sucrerie, l’air suspect malgré tout. Venait-elle juste de sous-entendre qu’elle l’appréciait?

-M… moi? Mais on… on ne se connaît pas, outre de nom. Qu’est-ce que j’ai fait exactement pour que tu m’apprécie?

Enfin, outre être une pauvre victime.

Codage par Libella sur Graphiorum

descriptionSweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé) EmptyRe: Sweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé)

more_horiz

La Fanfare des plantes ~



PFFOUAH ! Qu’est-ce que c’était chiant Poudlard en ce moment. Le rythme de vie semblait au ralenti ! J’avais bien envie de foutre la grouille dans tout ce petit beau monde mais je ne savais pas vraiment contre qui me faire plaisir. Cela faisait longtemps que je n’avais pas fait de farces.

Je me baladais un peu de partout quand j’eus l’idée d’aller aux serres car ça faisait un brave moment que je n’avais rien fait dans les environs. Avec un peu de chance j’allais trouver quelques victimes intéressantes à embêter. D’ailleurs je vis rapidement qu’un groupe de vert embêtait la Pouffy Nayla. Un sang de Bourbe c’est toujours matière à prendre cher…

A mon grand étonnement ce fut une Serpentard plus âgée qui vint à son aide pour la débarrasser de ce gang de gamine en couche culotte. C’était tellement marrant de les voir se faire rembarrer comme de pauvres poupées de chiffons. La chef du gang en était à la limite de chialer. Il n’y a pas à dire cette Shacklebolt était une vraie peau de vache quand elle le voulait et savait se montrer intransigeante. J’avais bien envie de la faire perdre de sa superbe pour le coup. Et cette Nayla toujours si timide avait tout de la victime idéale également.

Je me frottais déjà les mains tandis que je réfléchissais en hauteur à comment j’allais les embêter. Je regardais la serre et sourit me disant qu’il y avait tant de choses intéressantes dont je pouvais me servir ici. Un petit coup de magie et les bulbes sauteurs se mirent bien rapidement en action sautant de partout pour aller vers les deux jeunes femmes. Un autre tour de magie pour renverser quelques doses de trop d’engrais à des cricasses qui émirent des sons peu sympathiques à l’oreille.

Je finissais la chose en beauté en allant piquer quelques Mimbulus Mimbletonia pour qu’ils émettent une odeur nauséabonde qui eut tôt fait de remplir la serre.

Amusez vous bien à la serre en folie ! dis-je avant de disparaître sans demander mon reste ~

descriptionSweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé) EmptyRe: Sweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé)

more_horiz
Xrci.gif

Sweets and greenery

Feat Nayla Drew


Le regard que tu lanças à ce moment-là à Nayla était plein de sens et, en même temps, il voulait presque dire « Oui, et alors? ». En effet, tu faisais partie d’une famille de sang pur de la liste du Royaume-Uni et les Daeva, ta famille maternelle, étaient l’une des familles de sang pur les plus anciennes d’Égypte et Moyen-Orient, mais ça ne t’empêchait pas de penser ce que tu avais dit à ta cadette. Ton père et toi aviez une vision plus progressiste que bon nombre de familles comme la vôtre, parce que vous ne considériez pas les unions avec les moldus comme étant un souci, du moment que ça ne mettait pas en danger le monde sorcier.

Tu pouvais comprendre que les insultes des petites pestes qui la harcelaient, comme tant d’autres marmots mal élevés avaient fait avant elles, soient usantes. Au début, les rumeurs et les conneries qu’on racontait à ton sujet te semblaient usantes, mais, maintenant, ça t’amusait de voir à quel point les gens manquaient d’arguments et d’originalité. Quand une rumeur créative ou nouvelle circulait, au contraire, tu en riais – du moment que ça ne concernait pas ta famille. À une époque, une partie de vos origines avaient fait le tour de Poudlard et on t’avait pas mal enquiquinée à ce sujet. Ce fut peu après que tu ne fasses le tri de tes amitiés, en quatrième ou en cinquième année – peu importe. Des abrutis trouvaient humiliant le fait qu’une famille de sang-pur soit descendante d’esclaves. Des esclaves achetés et exploités par des moldus, qui plus est, et dont certains avaient fini à la potence ou au bûché à l’époque des chasses aux sorcières. Il y avait beaucoup de sorciers vaudou dans ta famille, jadis, et des yoruba, des gens n’ayant pas besoin d’une baguette pour faire de la magie. Ça ne fait que deux siècles et quelque depuis que ta famille figure parmi la liste des vingt-huit, puisque les droits étaient une chose relative à l’époque et prouver la pureté de votre sang fut une chose ardue, tout comme les difficultés à vous intégrer dans la société britannique à cause de votre couleur de peau.

Quoi qu’il en soit, en revenant aux dires de ta cadette, tu ne pouvais qu’être d’accord avec elle : il y avait des sorciers nés-moldus très brillants, également. Le sang n’apporte que l’influence et la célébrité, pas le vrai pouvoir. C’étaient des formes de pouvoir différentes et un moyen de se placer au-dessus de tout et de tous, mais ça ne voulait rien dire pour toi. À tes yeux, toute personne doit faire ses preuves et personne ne vaut plus que les autres s’il est incapable de prouver sa valeur.

Tu étais sur le point de répondre à ta cadette quand tout commença à partir en vrille dans la serre. Les bulbes sauteurs s’agitaient et se dirigeaient vers vous, les cricasses s’excitaient et te pétaient les oreilles et, comme si ce n’était pas suffisant, les abcès des Mimbulus Mimbletonia avaient crevé – ou, quelqu’un les avait piqués. Ça faisait beaucoup d’un coup et, tout de suite, il n’y avait que vous dans la serre… Ou pas. Tu venais d’entendre une voix qui, d’habitude, t’amusait, mais qui venait de te faire tiquer :

Peeves... râlas-tu, fronçant les sourcils.

Tu adorais les Mimbulus Mimbletonia, mais par Merlin, ce que leur mucus puait ! Peeves avait mis la pagaille dans la serre et, franchement, même si tu n’avais pas envie de sniffer la puanteur des mimublus ou qu’elle s’empreigne dans ton uniforme, ce qui te dérangeait le plus était le chaut infernal des cricasses. Tu ne pouvais pas réfléchir ni te concentrer pleinement avec ce bruit, il était hors de question de leur lancer un sortilège informulé. Fronçant le nez avant de le couvrir, tu pointas ta baguette en direction de l’engrais à cricasses renversé :

Silencio. lanças-tu pour les faire taire. Il va falloir qu’on remette un peu d’ordre… Si tu as cours, Nayla, vas-y, je m’en occuperai moi-même. ajoutas-tu, plus concernée par le fait d’éviter que les bulbes sauteurs puisses s’échapper, plutôt que te les prendre dessus et salir tes vêtements. Au fait, pour te répondre en faisant simple, c’est parce que je pense que tu es une bonne personne que je t’apprécie. On ne se connaît pas, mais j’ai pu t’observer suffisamment et, contrairement à beaucoup de personnes, je n’ai pas un mauvais feeling en ta présence. Tu n’es pas hypocrite, ni interessée, tu n’as pas de mauvaises intentions en général et tu aimes sincèrement les plantes et ton familier. En plus, un familier heureux en dit beaucoup du sorcier qu’il accompagne.

En parlant de familiers…
Le tien se plaignit avec un miaulement étouffé. Il s’était entièrement glissé sous ton uniforme parce que ça sentait trop mauvais et qu’il ne pouvait pas s’en aller, sur le coup. Ses pauvres narines étaient plus qu’agressées par les plantes assyriennes que Peeves avait certainement piquées.

C’est bon… J’en ai encore pour un moment, Keir. fis-tu, dénichant ton chat d’en dessous de ton uniforme, il avait les oreilles aplaties et le poil hérissé. Aussitôt que tu posas ton familier à terre, il quitta la serre à toute allure. Avec un sourire amusé et un air presque dépité, tu murmuras : Abandonnateur, va.

Ton chat allait attendre dans le parc à ce que tu finisses et, si à la fin tu ne pus pas trop, il reviendra près de toi. En attendant, tu avais du pain sur la planche, mais… est-ce que ta cadette allait rester ou allais-tu devoir arranger, toute seule, le merdier que le clown du château avait causé ?

descriptionSweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé) EmptyRe: Sweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé)

more_horiz
tumblr_n5c4up6I131slur46o2_500.gif tumblr_n5c4up6I131slur46o4_500.gif
Fugues, cris et odeurs
Toujours un peu confuse, Nayla fini quand même par goûter la friandise, ce disant qu’elle n’était probablement pas empoisonnée, ça ne ressemblait pas vraiment à Eleanor. Quoi que, qui était-elle exactement pour savoir ce qui ressemblait ou non à cette fille? D’ailleurs, celle-ci s’apprêtait à répondre à l’interrogation de Drew, lorsque le terrible Peeves apparut dans la serre pour saccager tout sur son passage, pire encore que les trois serpentard ayant quitté les lieux plus tôt. Cette fois-ci, Shacklebolt ne pouvait pas vraiment l’arrêter, un esprit frappeur n’est pas aussi facile à intimider que des gamines à la tête enflée. En moins de deux, des bulbes sauteurs créaient la cohue dans la serre, les cricasses de l’engrais faisaient un boucan infernal et les Mimbulus Mimbletonia empestaient l’endroit. Par-dessus cette joyeuse cacophonie, Peeves les salua et disparut.

Le boucan ayant réveillé Kero, lequel dormait paisiblement dans son capuchon depuis tout ce temps, il se mit à feuler contre l’esprit frappeur, sans grands résultats. Puis, il bondit hors de sa cachette pour se mettre à courir comme un fou après les bulbes sauteurs, ses instincts de prédateurs prenant le dessus malgré l’odeur nauséabonde. Inquiète de perdre son chat, Nayla se mit à courir après lui, lançant quelques Stupéfix aux plantes en fugues, mais il y en avait beaucoup trop pour qu’elle les gère toute seule.

Heureusement, Eleanor eut la présence d’esprit de régler leur problème le plus dérangeant en premier à coup de Silencio, arrêtant ainsi les bruyantes cricasses. Elle l’invita ensuite à quitter si elle avait cours, disant qu’elle pouvait gérer ça toute seule.

-Mais non, si ça se trouve, c’est à cause de moi si Peeves est là, il adore m’ennuyer. De toute façon, je n’ai pas cours, et tu viens de me sauver, je ne vais quand même pas d’abandonner là, lança-t-elle avec une assurance qui ne lui ressemblait pas du tout, en continuant de poursuivre et figer les bulbes sauteurs. Non Kero, lâche le!

Trop tard, son chat en avait mangé un. Même si elle voulait absolument les empêcher de fuir la serre et se perdre, elle ne voulait pas non plus qu’ils soient détruits! Ils en avaient tant besoin pour leurs expérimentations. Grommelant, Nayla laissa tombée sa poursuite des bulbes pour arracher des crocs de Kero celui qu’il avait réussi à attraper avec sa gueule. Alors qu’il baissait ses oreilles vers l’arrière avec une expression piteuse, comme s’il se faisait gronder, Drew lui sourit en lui grattant les oreilles, et le cacha à nouveau dans son capuchon afin qu’il ne crée pas d’autres ennuis.

Eleanor choisit ce moment pour spécifier que si elle avait dit qu’elle l’appréciait, c’était parce que juste en l’observant, elle avait su déceler les bonnes qualités qui se cachaient sous la couche de timidité de Nayla. D’ailleurs, le simple fait d’aimer les plantes et d’être bonne avec les animaux semblait faire gagner des points auprès de Shacklebolt. Cette remarque lui fit penser qu’elles avaient plus de points en commun que ce qu’on pouvait en déduire en les regardant au premier coup d’œil.

-Merci… c’est gentil… se contenta-t-elle de répondre, mi souriante mi surprise, totalement rouge de gêne.

Dans les minutes qui suivirent, Eleanor se débattit un peu avec son propre félin, qui décida de fuir les lieux à cause de l’odeur, pendant que Nayla faisait des pieds et des mains pour limiter la fuite des bulbes à la serre, dont elle avait finalement réussi à verrouiller la porte. Maintenant, la cohue (et malheureusement la puanteur aussi…) serait limitée à leur serre.

-Attends, j’ai ce qu’il faut!

Abandonnant quelques secondes sa série de Stupéfix, Nayla alla fouiller dans son sac. Elle n’avait qu’un seul masque dont l’utilité évidente était de protéger les voies respiratoires contre les odeurs du pus, mais elle avait aussi un épais et large bandeau qu’elle utilisait pour retenir ses cheveux en classes. Elle tendit donc généreusement le premier, plus efficace, à Eleanor pour l’aider à contrer les odeurs, et usa de son bandeau à cheveux pour couvrir son nez et sa bouche. En plus, le tissus sentait bon son shampooing, ça aidait à atténuer un peu l’odeur infecte. Enfin, elle enfila ses gants en peau de dragon pour protéger ses mains de la dangerosité du liquide qui s’échappait des pustules.

-Tu veux continuer de chasser les bulbes pendant que je pense les pustules? J’ai mes gants au moins, je ne risque rien.

Codage par Libella sur Graphiorum

descriptionSweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé) EmptyRe: Sweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé)

more_horiz
Xrci.gif

Sweets and greenery

Feat Nayla Drew


Welp. On peut dire que Peeves avait mis une bonne grosse pagaille dans la serre. Vous alliez devoir bouger autant que des élèves moldus dans un cours de sport pour remettre un peu d’ordre… Bon, au moins, contrairement au familier de ta cadette, Keir n’aimait pas mâchouiller les bulbes sauteurs. Heureusement pour toi, malgré son caractère peu sociable et hargneux envers les humains et quelques d’autres créatures brusques ou bruyantes, ton chat ne vous a jamais causé des soucis. Il est plus du genre à mâchouiller ses jouets et, surtout, à se faire les griffes sur le mobilier. L’une des raisons pour lesquelles tu as vite appris à maîtriser le sort Reparo, d’ailleurs – l’autre étant ta propre maladresse, jadis.

En ce qui concernait la petite poufsouffle, tu pus sentir ce qu’elle éprouva quand tu lui as dit pourquoi tu l’appréciais. Tu eus le réflexe de lui rendre le sourire, amusée : tu n’essayais pas d’être gentille, tu étais sincère. Certes, ce n’était pas quelque chose qui sortait souvent de ta bouche, du moins, pas en t’adressant à un autre élève, mais ce n’était pas improbable, non plus. Tu as toujours eu pour principe de traiter les gens avec respect, estimant qu’ils le méritent jusqu’à preuve du contraire. L’honnêteté était importante, pour toi, tout comme la vérité. Que ce soit pour un bien ou pour un mal, tu n’avais pas de raison de mentir.

Ensemble, vous avez stupefixé quelques bulbes, avant que ta cadette ne fouille dans son sac pour te proposer le seul masque qu’elle possédait, avant d’utiliser son propre bandeau à cheveux pour se protéger contre l’odeur pestilentielle de la Mimbulus Mimbletonia. Tu fus un peu gênée sur le coup, mais tu acceptas son masque par politesse et pour ne pas perdre plus de temps à chercher avec quoi te protéger de la puanteur – il fallait l’avouer : tu ne t’étais préparée à ça, tu n’avais pas prévu qu’un esprit frappeur vous trolle de la sorte. Tu remercias Nayla dans un souffle, pendant qu’elle enfilait ses gants pour s’occuper de la plante stressée.

Ça marche, mais fais attention, quand même. Vu qu’elle est stressée, elle peut contracter les parois des cavités de son corps et t’éclabousser du pus dessus. la prévins-tu, faisant allusion à l’état d’esprit de la pauvre – mais puante – plante que Peeves avait malmené.

Tu t’occupas des bulbes sauteurs avec quelques sorts, les immobilisant puis les faisant léviter jusqu’à leur place d’origine, où tu pris quand même le temps de les caresser pour les détendre afin qu’ils ne recommencent pas leur cirque une fois que tu auras annulé les effets de tes sortilèges. Après ceci, tu n’étais plus vraiment pressée. Le reste n’était qu’accessoire, en soi, puisque les plantes ne pourraient se détendre qu’au fil du temps, une fois que vous serez à l’extérieur. Décidément, tu n’allais pas pouvoir te détendre dans la serre...

Et dire que j’étais venue en quête de calme… Il faudra que je trouve un moyen d’enquiquiner Peeves… commentas-tu, gloussant légèrement, même si tu étais quand même dépitée. Tu savais que Peeves respectait le Baron Sanglant, mais c’était surtout parce qu’il lui faisait peur – du moins, d’après ce que les fantômes du château t’ont dit. Hmm… Je me demande si ce bon vieux Baron serait d’accord pour l’intimider un peu.

Soupirant, tu agitas ta baguette pour réparer les pots cassés, retourner l’engrais à cricasses à sa place – du moins, ce que tu pus sauver avant de nettoyer un peu les lieux, etc.

Si ça te rassure, d’ailleurs, tu n’es pas la seule qu’il adore ennuyer. C’est sa seule raison d’être, à mon avis. lanças-tu, revenant sur un point que la cinquième année avait mentionné. Tu sais ? Quand j’étais en deuxième année, il a couvert les escaliers à l’entrée de notre salle commune de morve de va-savoir-quoi. On a été plusieurs à dévaler les marches et finir sur le cul. Un sixième année avait même fini à l’infirmerie. Et en troisième année, il a saboté un de nos cours de potions. On m’a dit qu’il a même mis des limaces vivantes dans les gobelets de certains élèves, il y a quelques années de ça - entre autres.

descriptionSweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé) EmptyRe: Sweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé)

more_horiz
tumblr_n5c4up6I131slur46o2_500.gif tumblr_n5c4up6I131slur46o4_500.gif
Garder le fort
L’avertissement d’Eleanor concernant les risques à manipuler un Mimbulus Mimbletonia stressé avait fait sourire Nayla, mais elle était trop polie pour lui rétorquer qu’elle le savait bien, surtout sachant que son aînée l’avait spécifiée par gentillesse, pas parce qu’elle doutait des capacités de sa cadette. Drew n’était pas inquiète, alors que la majorité des élèves de sa classe s’étaient déjà fait éclabousser par cette plante, elle-même semblait avoir un don naturel pour gagner leur confiance… si tant est qu’on peut attribuer cette caractéristique humaine à une plante! Après quelques secondes de son contact doux et apaisant, la pustuleuse végétation s’était déjà calmée. D’ailleurs, elle ne semblait pas être la seule à savoir comment câliner de la verdure pour les apaiser, puisque Shacklebolt semblait avoir le même succès avec les bulbes sauteurs, ayant arrêté de sauté même une fois le sortilège de stupéfaction levé.

-Hum, du calme à Poudlard? C’est un beau rêve, lui répond Nayla avec un sourire enfin détendu, plus à l’aise qu’elle ne l’a jamais été en sa présence. Il n’y a qu’ici que même le calme de la bibliothèque n’est pas respecté. Ce Peeves est une véritable plaie, sans la moindre compréhension de ce qui est sacré… soupira-t-elle en se désolant pour la pauvre bibliothécaire qui faisait souvent les frais des blagues pourries de l’esprit frappeur.

Envoyer le Baron après Peeves pour se venger de la destruction des plantes de la serre, c’était un plan qui se tenait… pour quiconque n’était pas effrayé par le fantôme des Serpentard! Nayla était incapable de supporter ne serait-ce que sa vue, et s’enfuyait comme une mauviette dès qu’elle entendait le bruit caractéristique des chaînes qui se frottent l’une sur l’autre à son passage. Réprimant un frisson rien qu’à y penser, Drew se secoue et évite de répondre pour ne pas laisser paraître sa petite faiblesse. Au moins, sa Mimbulus Mimbletonia semblait mieux se porter, elle avait cueilli tout le précieux pus qu’elle avait été capable de sauver, et il n’y avait plus l’air d’en avoir d’autre qui s’échappait des pustules. Satisfaite, elle s’éloigna de la plante dangereuse et pris le temps de bien nettoyer ses gants avant de les enlever avec précautions.

-Oui, ça je le sais, n’importe qui ayant une tête et deux jambes, ça lui suffit pour en faire une victime, grommelle-t-elle. Dernièrement il fait particulièrement souffrir Miss Lestrange, je l’ai vu à plusieurs reprises à la Bibliothèque, c’est agaçant, on ne peut plus étudier tranquille nulle part!

Eleanor lui raconte alors comment il l’avait tourmentée, elle et plusieurs autres Serpentard, quelques années plus tôt. Le récit fit rire, grimacer et même… rougir (elle avait dit « cul »!!!) la jeune Poufsouffle, avant de la peiner, la faire rire encore, puis…

-Ah, ça c’était à notre table, commenta Nayla en grimaçant à nouveau. Je me souviens très bien des limaces, ça m’a hanté pendant des semaines, je n’étais qu’en première année! Heureusement, je n’ai pas été la première à les remarquer, du coup j’ai eu la chance de ne pas en avaler… ça n’a pas été le cas de tous mes voisins de table.

Rien que d’y repenser, ça lui donnait encore la nausée! Jetant un coup d’œil autour d’elles, les bulbes sauteurs rendus (un peu) plus sages, la Mimbulus Mimbletonia correctement soignée, les pots réparés et l’engrais nettoyé, on aurait presque pu croire qu’il ne s’était rien passé de particulier quelques minutes plus tôt. Surprise, Drew sourit à nouveau en prenant les fioles de pus qu’elle alla soigneusement ranger dans une armoire, sachant que Miss Grace allait être ravie de pouvoir en fournir à l’infirmerie.

-Eh bien… ça a été plus vite que je pensais. Merci pour la compagnie en tout cas, heu… mais maintenant j’ai faim, je devrais aller au plus vite à la Grande Salle… oh mais… mais si tu veux… ça ne me dérange pas, enfin si ça te tente, on peut manger ensemble, avant les prochains cours.

Si ça ne t’embarrasse pas trop d’être vue publiquement avec une cinquième année Poufsouffle et née-moldue…

-Ou alors on va chercher de la nourriture et on revient ici pour manger, pour protéger les serres en même temps... Garder le fort quoi!

Codage par Libella sur Graphiorum

descriptionSweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé) EmptyRe: Sweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé)

more_horiz
Xrci.gif

Sweets and greenery

Feat Nayla Drew


Yeurk. Le coup des grimaces, alors, ce fut pour la table de Poufsouffle… Pauvre petiote. Heureusement qu’elle n’avait pas bu dans son verre ou avalé l’un de ces infâmes gastéropodes. Bon, toi, tu aimais bien jouer avec les limaces et les escargots, et, d’ailleurs, tu aimais bien les manger une fois cuits, mais c’était particulièrement dégueulasse d’en avoir un vivant et/ou cru dans l’assiette – surtout, quand on connaît leurs habitudes et leur alimentation…

En papotant et travaillant ensemble pour remettre de l’ordre dans la serre, vous y êtes allées plus vite que vous ne l’auriez fait en solo. Vous n’avez pas vraiment vu passer le temps et, une fois fini, ta cadette t’a proposé de manger avec elle avant vos prochains cours. Elle considérait presque le fait que tu ne veuilles pas qu’on te voit avec elle, mais ce n’était pas un souci, ça. En soi, c’était tellement rare que tu manges avec quelqu’un, à proprement dire… Tu pouvais le faire, parfois, quand tu aidais quelqu’un qui avait besoin de toi ou pour faire affaire avec d’autres élèves, mais tu n’avais plus tellement d’amis depuis que ton ancienne clique t’avait trahie et humiliée. Pour une fois, ça pouvait changer un peu.

Tu l’aimais bien, cette petite, alors…
Pourquoi pas ?

Si tu dis ça par rapport à la conversation qu’on a eu avant que Peeves arrive, saches que tes origines et ta maison ne sont pas des raisons valables pour cacher qu’on traîne ensemble. J’aurais plutôt honte que l’on me voit avec les harpies qui t’ont harcelée, tantôt. Ce genre de personnes avec le jugement facile et qui ont besoin de rabaisser autrui pour alimenter leur ego m’insupportent. lanças-tu, lui adressant un petit sourire, tout en te rapprochant d’elle. J’aime bien manger au calme, mais je te laisse choisir : soit on prend de quoi se faire un pique-nique, soit on mange dans la grande salle et on nargue ceux qui te font des misères. Peut-être que, si certains te voient avec moi, ils ne te dérangeront plus – même s’il y aura toujours des petits malins qui le feront, hélas. proposas-tu, souriant sous ton masque. Enfin, peut-être, plutôt, manger devant la serre, puisque l’odeur de la Mimbulus Mimbletonia flotte toujours… Dans les deux cas, ça me convient. ajoutas-tu, avant de préciser, avec une pointe d’humour : Par contre, je préviens : on sera très chargées. On ne dirait pas comme ça, mais je mange beaucoup, surtout quand il y a des bons desserts !

Tu tenais à lui laisser le choix et à lui montrer, vraiment, qu’elle n’était pas une honte ou quelque chose du genre, pour toi, et qu’elle pouvait se réaffirmer et être elle-même avec toi. En plus, si vous optiez pour manger dans la serre, tu pouvais toujours concocter tes potions pendant que vous discutiez et autres. Ça t’éviterait de devoir supporter les émotions, les sauts d’humeur et le bruit de la Grande Salle – même si, en soi, ce n’était que brièvement.

descriptionSweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé) EmptyRe: Sweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé)

more_horiz
tumblr_n5c4up6I131slur46o2_500.gif tumblr_n5c4up6I131slur46o4_500.gif
Pique-nique volant
Nayla avait parfois l’impression qu’Eleanor lisait dans ses pensées, c’était plutôt déroutant. Elle n’avait jamais mentionné tout haut avoir pensé que la septième année puisse ne pas vouloir être vue publiquement en sa compagnie, mais celle-ci semblait avoir comblé les trous laissés par son hésitation en suggérant de manger dans la Grande Salle. Shacklebolt lui ayant carrément affirmé qu’elle préférait encore être vue traînant avec une jeune Poufsouffle que les garces de sa propre maison, Drew avait souri sous son masque, mais cela se voyait jusque dans ses yeux.

L’idée de se montrer publiquement avec une nouvelle alliée qui pouvait faire des misères éventuellement à ses tourmenteurs avait effectivement quelque chose de tentant, mais en même temps, l’adolescente n’avait jamais aimé que l’attention se tourne vers elle. Et puis, elle aussi préférait grandement le calme, et comme la température se faisait plutôt clémente depuis quelques jours, un pique-nique était bien plus alléchant que de restée cloîtrée entre les murs du château.

-Ce n’est pas grave pour les petits malins… affirma-t-elle en haussant les épaules. La prochaine fois, je leur dirai de fuir aussi vite qu’ils le peuvent s’ils ne veulent pas subir les foudres de l’inarrêtable Shacklebolt. Peut-être la seule menace de ta présence suffira à me protéger? glousse-t-elle avec une soudaine complicité qui ne lui ressemblait pas vraiment. Le pique-nique sera plus amusant que la Grande Salle, de toute façon, et puis, il faut garder le Fort. D’ailleurs, je suis certaine que je mange plus que toi… même si moi non plus je n’en ai pas l’air, conclut-elle presque sur le ton du défi en abandonnant ses effets personnels dans la serre pour avoir les mains libres, avant de prendre le chemin vers la porte et rentrer chercher à manger au château. De toute façon, il faut bien qu’être des sorcières serve, non? Wingardium Leviosa suffira à transporter notre repas, faute d’une mule, ajoute-t-elle d’un ton léger en sortant sa baguette, prête à emporter tout ce que son sortilège est capable de faire voler… surtout du dessert!

Leur escapade dans la Grande Salle fut assez brève, même si plusieurs regards curieux se posèrent sur elles alors que leur duo improbable quittait les lieux, suivie de nourriture volante et de couverts. Nayla sentait la nuque lui chatouiller et le rouge lui monter au joue alors que les regards se posaient sur elle. Savoir qu'on parlait d'elle suffisait souvent à l'embarrasser, même sans entendre ce qui se disait d'elle.

Codage par Libella sur Graphiorum

descriptionSweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé) EmptyRe: Sweets and greenery [Pv Nayla Drew] (Terminé)

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum