ExpelliarmusConnexion
Le Deal du moment : -40%
-40% Nike Waffle One – Chaussure pour Homme
Voir le deal
65.97 €

descriptionQui es-tu vraiment ? EmptyQui es-tu vraiment ?

more_horiz
Qui es-tu vraiment ?

gar0.png C’était la première rentrée de Shaun. Première rentrée en tan qu’homme à tout faire cependant. Revenir ici lui a fait remonter des souvenirs bons comme mauvais. Aspirant à une vie plus simple, plus apaisée, moins risquée aussi, il avait fini de rassembler les affaires qui lui étaient cher, qui finalement n’étaient pas si nombreuses depuis l’incendie de la maison familiale. Quatre bagages à main. Voilà tout ce qu’il restait de sa vie passée et qu’il avait pu sauver.

Arrivé depuis Pré-au-Lards, depuis la veille, Shaun avait d’abord fait du repérage dans ce petit village avant de ses reposer et de reprendre la route le lendemain matin. Arrivé sur le domaine, il n’avait fait que regarder le paysage et l’ampleur de la tâche qui l’attendait. Les élèves arriveraient d’ici quelques jours alors il pouvait se permettre une cigarette pour se rendre à l’établissement. Callant un de ces cylindres toxiques aux coins des lèvres, l’ébène l’alluma puis agitant sa baguette pour que le transport de ses valises soit plus aisé et il commença alors à avancer. Parcourant le chemin, il constata que, bien que se soit les vacances scolaires, certains enseignants étaient si ce n’est pas resté ici, revenu plus tôt de leurs congés.

Arrivé aux portes de Poudlard, il avait consumé depuis longtemps sa cigarette mais n’avais pas prit la peine de l’enlever jusqu’alors pour éviter d’en perdre le mégot sur le terrain. Alors qu’il troque son filtre inutilisable contre une nouvelle cigarette faisant alors une petite pause son attention est attiré par une silhouette familière. Bien que cela lui semblait plus qu’étrange, du fait des rumeurs qui circulait autour d’elle pendant ses années d’études, elle n’avait pas vraiment changé en réalité. Délaissant ses bagages pour se rapprocher d’elle rapidement, retirant sa clope de sa bouche.

« Anna ? Vous êtes bien Anna Klein, n’est-ce pas ? »

Le fait de l’interpeller ainsi avait fait se retourner la femme vers lui. Maintenant qu’il pouvait regarder de plus près les traits de son visage il en était certain. L’ancien aurore avait une bonne mémoire et personne ne le trompait pour si peu. Levant à peine un sourcil étonné il prit une longue inhalation de sa drogue avant se reprendre rapidement.

« Excusez mon étonnement. Vous jouissiez d’une sale réputation de cracmol pendant notre scolarité… Je suppose que c’était mensonger. »
Codage par Libella sur Graphiorum

descriptionQui es-tu vraiment ? EmptyRe: Qui es-tu vraiment ?

more_horiz

Presque


Ariana était loin d’en être à sa première rentrée en tant que professeur, mais celles-ci l’excitaient toujours autant. Bien qu’elle avait pris du bon temps en Afrique pendant l’été, d’où son teint un brin plus bronzé que d’habitude (qu’elle perdrait très vite, sa peau terriblement blanche revenant chaque fois avec assurance), l’historienne avait trop hâte de se remettre à la tâche. Ses élèves lui avaient manqué, ses compagnons de travail aussi, et il lui tardait de reprendre l’enseignement. Voilà pourquoi elle se trouvait à Poudlard quelques jours d’avance, pour réviser son plan de cours, apporter quelques correctifs aux leçons des universitaires suite à ses essais avec ceux-ci l’année précédente… mais surtout pour reprendre tranquillement ses aises, dans cet endroit qui sentait si bon le « chez soi ».

Carrow « sentit » le nouveau venu avant de l’entendre l’appeler. Elle détestait l’odeur de cigarette et pouvait toujours la repérer à des lieux à la ronde. Certains appelaient cela un caprice, elle préférait dire qu’elle avait une hypersensibilité olfactive. L’historienne avait d’abord grimacé, avant de se retourner en sursautant lorsqu’elle entendit quelqu’un l’appeler par son autre nom. Celui que plus personne n’utilisait depuis belle lurette, mais l’ayant porté tout de même pendant sept ans, il la faisait toujours se retourner. Et puis, ce genre de confusion arrivaient encore fréquemment, il fallait le reconnaître.

C’est donc avec une petite grimace agacée (par la mauvaise odeur) qu’Ariana s’était retournée pour faire face à ce qu’elle devina être un ancien collègue d’école, son rouleau dégoûtant aux lèvres, qui l’avait interpellé. Après quelques secondes à l’analyser, la tête un peu penchée sur le côté, la jeune femme pu confirmer qu’elle connaissait son nom de famille, mais sans plus. Ils n’avaient pas dû fréquenter la même maison ou être de la même année, puisqu’il ne laissait pas une plus grande trace que cela dans ses souvenirs.

-Presque… se contenta-t-elle de répondre en s’efforçant de transformer son expression faciale en quelque chose de plus agréable et souriant, alors que le nouveau membre du personnel approchait.

Quel poste s’était-il donc vu offert? Il y avait eu une tonne d’ouvertures de poste avec l’ajout des cours universitaires, puis la duplication des matières obligatoires (comme la sienne, qui n’avait HEUREUSEMENT pas encore trouvé de co-historien, Ariana n’aurait pas aimé devoir partager), alors il était difficile de deviner. Elle espéra seulement que le fumeur ne deviendrait pas son collègue de matière, elle n’avait pas envie qu’il empeste son bureau! Dommage, d’ailleurs, car il avait une jolie tête quand même, une bouille qui marque l’esprit et frappe … l’envie.

-C’était presque mensonger, expliqua-t-elle en s’approchant légèrement, déjà plus souriante. Parce que je suis presque cracmolle. Ce qui ne m’empêche pas d’enseigner l’histoire, heureusement. Et je suis aussi presque Anna Klein… ajouta-t-elle sur une note mystérieuse, son sourire gagnant maintenant ses yeux. Ce n’était pas mon vrai nom, mais cette une très longue histoire qui ne se raconte que bien installés autour d’un verre. Vous pouvez m’appeler Ariana Carrow, désormais. Celui-là, c’est mon vrai nom. Ou plutôt simplement Ariana, si vous faites maintenant parti de notre équipe? Et vous c’est bien Monsieur Greysome, si je ne m’abuse?

Elle savait qu’elle ne se trompait pas, sa mémoire ne lui faisait presque jamais défaut, mais c’était sa façon plutôt habile de montrer qu’elle se rappelait de lui, sans pour autant s’empêtrer les pieds en avouant qu’elle n’avait pas retenu son prénom. Comme cela, s’il lui rendait la politesse, il lui répondrait à son tour qu’elle « pouvait l’appeler Pierre-Jean-Jacques », peu importe, de sorte qu’elle n’aurait pas à avouer son tort. Et en plus, elle lui avait indirectement demandé ce qu’il fichait ici, sans se compromettre, plutôt habile non?


_________________
Qui es-tu vraiment ? Maki10
Cursus d'Histoire :

descriptionQui es-tu vraiment ? EmptyRe: Qui es-tu vraiment ?

more_horiz
Qui es-tu vraiment ?

gar0.pngAprès l’avoir interpellé, la femme devant lui se retourna, non sans froncer les sourcils et retrousser le nez. Devinant assez bien son dégout pour le tabac et, alors même qu’il venait de l’allumer, il tira une longue bouffée avant de sortir son cendrier de poche en l’écoutant « presque » attentivement. Un choix de mot plutôt étrange pour lui répondre. Bien que peu expressif, il haussa un sourcil alors que son regard se reporta sur ses mains. Ecrasant doucement la braise du cylindre pour ne pas gâcher une cigarette, il la remit dans son paquet, rangeant son cendrier portable également dans sa poche, à coté du paquet. Beaucoup de « presque » avait fusé de sa bouche, ce n’était peut-être pas l’intention de son interlocutrice mais le déstabilisa. Chassant rapidement de la main l’air vicié autour d’eux, il ne pouvait hélas pas faire grand-chose de l’odeur imprégné dans ses vêtements. Cependant le plus gros était retiré et le nez froncé reprit plus ou moins sa forme initiale selon lui.

Ainsi elle n’était pas cracmol mais quelques parts tout de même un peu, elle n’était pas Anna mais sans doute qu’elle a été a un moment… Il n’était pas sûr d’avoir tout comprit mais esquissa un faible sourire en espérant dissiper le mal entendu qu’il avait provoqué allant même jusqu’à tendre la main pour serrer la sienne pour des présentations bien officielle en somme.

« Vous pouvez m’appeler Shaun si je dois vous appeler Arianna. »

S’excuser n’était pas son fort, mais au vu de comment il venait de l’appeler et peut-être même de l’insulter sans le vouloir, il le fallait bien… Il se racla la gorge alors que sa main passa derrière sa nuque pour gratter la base de ses cheveux, en fixant les deux prunelles devant lui. Adolescent, il n’avait pas cherché à savoir la vérité, tout comme il ne s’était pas vraiment intéressé à elle non plus. Après tout il n’avait d’yeux que pour sa douce et tendre Marie à l’époque. Comprenant que les rumeurs dont elles avaient été victime plus jeune, ont une part de vérité, il fut toutefois ravi de constater qu’elle restait très abordable.

« Je suis sincèrement désolé, si part ma faute, je vous ai fait revivre un moment traumatique… Je sais que ça ne nous quitte jamais vraiment alors je… demande votre pardon. » Il s’essaya a un sourit franc et visible mais ce n’était pas une réussite. « Mais je suis rassuré maintenant ! Je sais que je suis pas le seul à faire partie des vieux avec McGona… »

Fuyant son regard, soudainement gêné par ses propres paroles, il vit du coin de l’œil ses bagages abandonné pour venir discuter avec elle. Il était réellement ravi d’avoir des collègues dans sa tranche d’âge mais il venait de l’amener maladroitement encore une fois. La main sur sa nique glissa à l’avant, se couvrant un instant le visage de honte puis il reprit sa stature, avant d’avoir le reflexe de chercher son paquet dans sa poche. C’est à son regard qu’il que ce n’était pas une bonne idée. Faisant le quelques pas qu’il le séparait de ses valises, il les prit pour regagner les hauteurs de l’ébène.

« Ce n’est pas , ce que je voulais dire… Je suis content que vous soyez là. Même si on n’a jamais été proche, voir un visage familier est agréable. Vraiment … Désolé, je peux être con avec mes formulations… Bref ! J’espère qu’on s’entendra bien et que vous m’estimerez mieux que Rusard. »
Codage par Libella sur Graphiorum

descriptionQui es-tu vraiment ? EmptyRe: Qui es-tu vraiment ?

more_horiz

Rusard


Au moins, sa maman l’avait bien élevé. Remarquant le dégoût évident d’Ariana, le nouveau venu avait éteint et rangé sa cigarette dans un genre de petit cendrier portatif, ne lui soufflant donc pas sa fumée dans la tronche en lui parlant. Certes, l’odeur resterait un moment dans l’air ambiant, mais ils étaient encore à l’extérieur de l’école, rendant le tout plus supportable.

Visiblement un peu embêté, voir gêné, par sa maladresse qui n’en était pas vraiment une (beaucoup faisaient encore cette erreur à son sujet!), Shaun l’informa qu’elle pouvait aussi l’appeler par son prénom, ce qui fit sourire Carrow. Un sourire qui s’atendrit bien vite en l’entendant s’excuser, ce qu’elle s’empressa de balayer d’un geste de la main.

-Ne vous inquiétez pas pour cela, c’est de l’histoire ancienne, et si j’adore l’histoire ancienne, je ne fais que l’étudier, pas la remuer! glousse-t-elle en se trouvant très drôle dans son humour un peu étrange.

Greysome semblait avoir ce talent pour mettre les deux pieds dans le plat, puisqu’avant qu’elle n’ait le temps de l’inviter à la tutoyer (ce qui était plus logique dans sa tête s’ils s’entendaient à utiliser leurs prénoms), le nouveau venu parla de leur âge respectif, les qualifiants tous les deux de vieux. Carrow se mordit la joue pour ne pas éclater de rire, se délectant de le voir bredouiller à nouveau des excuses maladroites, mais ne put se retenir longtemps, n’arrivant pas à rester sérieuse de la sorte, surtout lorsqu’il fut question de Rusard. Elle lui secoua l’épaule de la main en l’invitant à la suivre vers le château, puisqu’il avait récupéré ses valises.

-Re-Bienvenue à Poudlard, Shaun Greysome, nouveau concierge maladroit mais oh combien attachant. Tu n’as à t’excuser de rien, mon âge est le moindre de mes soucis! s’esclaffa-t-elle en décidant simplement de passer au tutoiement, parce que s’il succédait à Rusard, il était son ami, point final. Par contre, pour ce qui est de t’estimer davantage qu’Argus, tu as encore des croutes à manger mon cher. Il était mon ami… Eh oui, je sais, c’est bizarre, il n’aimait personne, mais moi je le respectais, alors il me le rendait. Peut-être… peut-être parce qu’il me comprenait, ajouta-t-elle en lui adressant un regard rempli de sous-entendus, personne n’ignorant que Rusard était un cracmol. Et il y a d’autres anciens, ici, tu vas voir. Ils ne devraient d’ailleurs plus tarder à rappliquer, d’ici un jour ou deux la Salle des professeurs débordera. Je t’y emmène?


_________________
Qui es-tu vraiment ? Maki10
Cursus d'Histoire :

descriptionQui es-tu vraiment ? EmptyRe: Qui es-tu vraiment ?

more_horiz
Qui es-tu vraiment ?

gar0.pngQuel soulagement de voir qu’elle n’était pas rancunière ou blessée par ses remarques déplacées. Même s’ils n’avaient pas eu d’atome crochu plus jeune, maintenant qu’ils sont collègues, il espérait que cela changerait. Si devenir amis était peut-être trop demande, avoir une entente cordiale avec chacun plutôt qu’à couteau tiré, était préférable. Surtout qu’il en rajouta une couche maladroitement en évoquant leur âge. En tout cas il appréciait son rire franc qui avait le mérite d’illuminer et de détendre son visage après le retroussement de narine dû à la cigarette de Shaun. Même s’il était navré de ne pas s’être montré sous son meilleur jour, le geste amical sur son épaule de façon si accueillant, assurait déjà une bonne entente.

Ses valises en mains, il haussa un sourcil en l’entendant dire qu’elle le trouvait attachant. Pour le maladroit, il ne pouvait pas contester mais attachant… Ce n’est pas vraiment comme cela qu’on le qualifiait d’habitude. Peut-être que le travail sur lui pour être un peu plus avenant depuis les évènements de sa vie passée, avait porté ses fruits ? Le reste le surpris d’autant plus. Déjà vieux et acariâtre durant son adolescence, il lui était presque impensable qu’il puisse bien s’entendre avec avec quelqu’un un jour.

« Argus ? Sympathique ? J’ai du mal à le concevoir vu le nombre de colle qu’il m’a donné pour avoir fait errer dans les couloirs pour retrouver ma douce… »

Peut-être avait il eu de la sympathie de part les rumeurs, après tout pas un à leur époque n’ignorait que le concierge était dénué de pouvoir. L’amertume du monsieur avait peut-être été touché par une jeune fille ayant vécu les mêmes discriminations que lui et ce serait peut-être adoucit avec elle… Enfin c’est ce qu’il supposa aux paroles de celle-ci et à son regard en biais, plein de sous -entendu. Opinant du chef à sa proposition, il la suivi dans le dédale de couloirs qui lui soulevait une vague de nostalgie. Même s’il n’avait pas été l’élève le plus turbulant de sa scolarité, il avait tout de même été envoyé plus d’une fois en salle de professeurs pour sa mauvaise conduite, et coller aussi.

« Tu n’es pas trop amère que Rusard soit parti en retraite ? »

Il se sentait pleinement légitime a cette place. Il se savait compétent et puis ce n’était pas comme s’il l’avait poussé à la porte. Pourtant si la nature des relations qu’elle évoquaient était vrai, il suppose qu’à sa place, il serait un peu triste de voir un ami partir alors qu’il pouvait le voir tous les jours auparavant. Bien que le bâtiment avait traversé les âges, on voyait tout de même que certaine choses avaient changé ici en bien ou mal, il ne saurait le dire pourtant.

« Et donc… J’ai su que maintenant le cursus se poursuivait au-delà septième année maintenant. Les maisons sont donc plus grandes ou il y a de nouveaux dortoirs pour eux ? D’ailleurs, tu sais où je dois m’installer ? »
Codage par Libella sur Graphiorum

descriptionQui es-tu vraiment ? EmptyRe: Qui es-tu vraiment ?

more_horiz

Café chaud


Bon, Ariana devait reconnaître que qualifier Argus de « sympathique » était un peu tiré par les cheveux. Elle avait eu beau avoir une excellente (et rare) relation avec lui, elle n’avait pas été aveugle au point de ne pas voir à quel point il pouvait être aigre avec les autres élèves, voir détestable. L’étonnement de Shaun l’a fit donc rigoler à nouveau, et elle secoua la tête en croisant ses bras sur sa poitrine.

-Eh bien, tu l’avais sûrement cherché! se moque-t-elle lorsqu’il mentionne ses retenues imposées par l’ancien concierge. Sans rire, je sais qu’il n’était pas un ange, il n’a pas été plus tendre avec moi non plus lorsque je suis arrivée en première année. C’est quand la rumeur concernant mon absence de magie a commencé à circuler qu’il a changé d’attitude avec moi. Ça a commencé par des petites choses, comme fermer les yeux sur mes erreurs, me parler moins rudement, me saluer sans raison… Puis ont suivis les conversations, et en apprenant à mieux le connaître…

L’historienne soupira, empreinte de nostalgie aux souvenirs de sa jeunesse avec cet homme étrange et détesté comme guide au travers… cette difficulté que très peu de sorciers avaient à subir.

-Il est comme sa vieille chatte, en dessous de tout ce poil hérissé, quand on savait l’amadouer, on trouvait quelqu’un qui avait un cœur. Un peu rabougrit, je l’admets, mais un cœur tout de même. Et il m’a surtout aidé à savoir ce que je ne voulais pas devenir en tant que sorcière presque cracmolle.

Pas question qu’elle termine sa vie aigre et remplie de haine envers tous, ça non! Et elle avait bien fait tout en son pouvoir jusqu’à maintenant pour ne pas se laisser freiner dans ses ambitions malgré ce que certains qualifieraient « d’handicape ».

-Amère? s’étonna-t-elle, revenant à la réalité alors qu’elle s’était égarée dans sa tête. Non, pas du tout. Peut-être un peu nostalgique, mais pas amère. Il était plus que temps qu’il accroche sa serpillère, à mon avis, il a travaillé assez longtemps, et puis… c’est vrai qu’il n’était pas réellement fait pour ça, hein, être entouré de jeunes… se doit-elle d’admettre avec un sourire en coin.

Certes, elle avait été chanceuse de l’avoir quand elle en avait réellement eu besoin, au plus profond de son doute, mais… si un autre jeune passait par les mêmes difficultés, il ne serait pas seul. Ariana serait là à son tour.

Tout en discutant, elle avait laissé ses pas la guider jusqu’à la salle des professeurs, sans même s’en rendre compte. Les habitudes reviennent rapidement au galop à la rentrée. Elle en ouvrait la porte pour dévoiler la confortable et chaleureuse grande pièce munie d’une table de style « réunion » et quelques causeuses et fauteuils confortable, en plus d’un grand comptoir que les elfes de maison s’assuraient de garder bien garni de collations et breuvages. Un café fraîchement infusé reposait dans une grande carafe, sous un feu magique qui ronflait doucement pour le garder au chaud.

-Eh oui, les plus chanceux pourront rester pendant douze ans ici, c’est assez incroyables, j’aurais aimé avoir cette chance! Quoi que… dans les circonstances qui ont entourées la fin de ma septième année…

Encore une fois, elle eut un geste vague de la main pour chasser le sujet. Si elle avait eu le choix, en vérité, elle ne serait pas restée en huitième année, puisque c’était la guerre alors, et elle n’aurait surtout pas voulu avoir ses aînés comme professeur, quelle que soit la matière!

-Les universitaires vivent dans des résidences situées à Pré-au-Lard, les salles communes n’ont donc pas énormément grandi, elles ont juste été un peu réaménagées avec la reconstruction d’après-guerre. Sinon, tout est à peu près comme avant, le bureau de conciergerie est au même endroit, et tu pourras déposer toutes tes frasques dans l’appartement qui y joint. Je crois savoir où est cachée la porte qui y mène, j’ai déjà vu Argus en sortir. Je n’ai toutefois aucune idée de quel genre d’endroit il habitait, j’espère pour toi que ce sera conviviale… Et sinon, bah, les elfes se feront un plaisir de t’améliorer tout ça pour que ce soit plus à ton goût. En tout cas, ils ont fait beaucoup pour moi!

Il faut dire qu’elle était très gentille avec eux, aussi, ce qui n’était pas le cas de tous les sorciers. Disons que Carrow appréciait beaucoup pouvoir compter sur ces créatures magiques là où elle-même était déficience en magie, ça lui rendait un grand service… Comme là, elle se servait une tasse de café qu’elle n’avait pas été obligée de se préparer elle-même à la façon moldue, et pour elle, ça valait tous les gallions de Gringotts!

-Tu le prends avec du sucre et du lait? demande-t-elle en servant aussi une tasse à son nouveau collègue.


_________________
Qui es-tu vraiment ? Maki10
Cursus d'Histoire :

descriptionQui es-tu vraiment ? EmptyRe: Qui es-tu vraiment ?

more_horiz
Qui es-tu vraiment ?

gar0.pngComme il s’en doutait un peu, c’est bien parce qu’ils étaient similaires que le vieil homme avait eu une attention particulière avec elle. Pensant tout de même qu’elle avait du passer par des moments difficile, il n’ajouta rien de plus, allant même jusqu’à trouver qu’elle avait bon cœur d’apprécier également miss Teigne. Il eut presque un sourire sur son visage si terne mais non, il se contenta de cligner des yeux en l’écoutant sagement. Arianna avait des convictions et de l’ambition, ce qu’il trouva remarquable en ce sens.

Rassuré qu’elle ne soit pas réticente à sa venue, il était même soulagé de l’entendre dire qu’il était temps qu’il passe la main. Cette fois il soupira doucement par le nez d’amusement en l’entendant dire qu’il n’était pas fait pour être entouré de jeune. Au moins un point sur lequel ils étaient d’accord et en même temps comment ne pas en vouloir aux étudiants qui lui rajoutaient du boulot sans arrêt ? Bientôt il vivrait la même chose. Si on lui avait dit plus tôt qu’il finirait ainsi, il n’y aurait pas cru lui-même.

Se laissant guider, il était difficile de dire que les choses avaient changé ici, mais en même temps il voyait aussi quelques changements, dont l’intérieur de la salle des professeurs qui n’était pas exactement comme dans ses souvenir. Posant ses valises dans un coins pour ne pas gêner la circulation, il l’écouta s’enthousiasmer jusqu’à, sans vraiment l’évoquer, parla de la guerre. Il est vrai que ce n’était pas forcément les plus belles années de Poudlard à ce moment.

« Oh ! Ça doit donner une nouvelle jeunesse à Pré-au-Lard. A vrai dire je n’ai pas bien prêté attention au village en y passant… »

Comprenant mieux d’où venait son impression lorsqu’elle évoqua la reconstruction d’après-guerre. Même si l’endroit ou vivait l’ancien concierge était un au taudis, il lui aurait convenu du moment qu’il lui appartenait. Shaun vivait de peu de chose depuis des années et maintenant qu’il avait du temps devant lui, il pouvait le rentabiliser à modelant la loge à son gout. Hochant la tête en guise de remerciement pour ses conseils et son aide.

« Ils ont déjà bien à faire et ça m’occupera l’esprit et les mains de retaper moi-même l’appartement. »

Manquant a tous ses devoirs, il s’installa en écarquillant les yeux lorsqu’elle lui demanda ce qu’il souhait avec son café. Le geste était sympathique mais c’est lui qui aurait dû lui proposer une tasse et pas l’inverse. Mécontent de lui-même, il s’éclaircit la gorge pour chasser sa gêne. A peine assis qu’il cherchait déjà dans ses poches son paquet de tabac avant e se souvenir des paroles de leur directrice. Abandonnant tout espoir, reposa ses yeux sur elle.

« Sans rien merci… »

Attendant qu’elle revienne à sa hauteur pour la remercier encore une fois d’un geste de tête, il prit sa tasse pour occuper ses mains. Bien qu’il n’allait pas se sevrer, la vie en internat allait réduire sa consommation et il n’était pas encore prêt à lâcher du leste sur ça. La chaleur du café réchauffer ses mains encore un peu endolories du poids des valises. Bien trop chaud pour en boire une gorgée pour le moment. Reportant son attention sur elle, il la détailla longuement cherchant à identifier sa personnalité avant de juger son propre regard incorrect pour une collègue.

« Et donc… tu aimes l’histoire de la magie alors ? »

Lancer une conversation n’était pas son fort mais au moins il était sincère en voulant en connaitre un peu plus sur elle. Et puis ils avaient au moins le temps d’un café pour parler des banalités s’il le fallait. Buvant une gorgée de ce jus noir et amère, il manqua de peu de se bruler la langue.

« Tu faisais quoi de devenir enseignante ici ? »
Codage par Libella sur Graphiorum

descriptionQui es-tu vraiment ? EmptyRe: Qui es-tu vraiment ?

more_horiz

H majuscule


C’était encore un peu tôt pour se permettre de rêvasser au sujet de son nouveau collègue, si bien qu’Ariana s’efforça de chasser la pensée qu’elle aimait bien les hommes « manuels ». Certes, son envie de tout faire lui-même pouvait autant être causé par une passion du perfectionnement que par un dégoût des elfes, que beaucoup trop de sorciers considéraient comme des créatures inférieures. Carrow n’allait toutefois pas aborder le sujet, laissant celui-ci glisser hors de sa tête alors qu’elle prenait place face à lui de l’autre côté de la table où il avait pris place.

Si l’historienne remarqua la gêne momentanée de Shaun, elle n’en laissa rien paraître, ne comprenant pas trop la source de celle-ci, et préférant rebondir sur la conversation qu’il tentait maladroitement de relancer avant de boire trop rapidement sa boisson chaude, laquelle sembla le brûler. Ayant ajouté un nuage de crème dans le sien, Ariana pouvait déjà goûter la puissance saveur revitalisante sans s’ébouillanter.

-J’aime l’Histoire, précisa-t-elle de façon à ce qu’on puisse presque entendre la majuscule, pourtant silencieuse, du mot. Toutes les histoires, les grandes comme les petites, celle des moldues autant que des sorcières, de l’Europe tout comme le reste du monde. Et les histoires des gens, dans toute leur singularité et leur individualité, poursuit-elle en penchant légèrement la tête sur le côté, démontrant tout son intérêt pour en savoir le plus possible sur lui.

Toutefois, il lui faudrait d’abord parler d’elle, apparemment. Bon, ça pouvait aller, il fallait jouer de façon juste, et puis, elle n’avait aucune gêne envers son passé. Le meilleur moyen d’en apprendre un peu plus sur quelqu’un est parfois effectivement de parler de soi.

-Ça fait si longtemps que j’ai parfois peine à me rappeler que j’ai eu une autre vie avant! s’exclame-t-elle avec un sourire en feignant un grand effort pour se souvenir, s’appuyant le menton sur son pouce et son index, sa tasse de café momentanément posée sur la table. J’ai travaillé pendant quelques années au Département de la coopération magique internationale, mentionna-t-elle comme si ce n’était rien du tout. Officiellement, mon boulot était d’entretenir des relations diplomatiques avec les gouvernements sorciers au travers le monde. Mais, franchement, je passais surtout mon temps à découvrir les cultures et l’histoire des différents pays où j’avais le bonheur de passer. J’avais souvent l’impression d’être une fraude, à me faire payer pour voyager de la sorte, précise-t-elle avec un petit sourire rêveur, l’air vaguement égarée dans ces années de liberté incroyable. Je crois que je ne me serais jamais lassée d’apprendre, car on ne cesse jamais de découvrir tant qu’on cherche, mais un autre destin m’appelait. Il faut croire que je n'ai pas trop mal fait mon travail, puisqu'on m’a demandé de l’aide pour la révision du cursus d’Histoire de la Magie, et de fil en aiguille, il est devenu évident que je devais reprendre ce poste des mains de notre fantôme bien aimé, un autre qui n’avait pas de talent avec les jeunes… conclut-elle en faisant référence à son commentaire précédent sur Rusard.

Quelques brins de « jeunesse », bien que Greysome les ait qualifiés tous les deux de vieux, ne pouvait que faire du bien à Poudlard. Un vent de renouveau soufflait depuis quelques années dans l’école, et il était d’une fraîcheur inouïe.

-Et toi? Pourquoi devenir concierge? Ce n'est certainement pas les prouesses glorieuses d'Argus qui t'ont inspiré à suivre son modèle! éclate-t-elle alors d'un rire complice.


_________________
Qui es-tu vraiment ? Maki10
Cursus d'Histoire :

descriptionQui es-tu vraiment ? EmptyRe: Qui es-tu vraiment ?

more_horiz
Qui es-tu vraiment ?

gar0.pngSa collègue ne sembla pas s’offusquer de sa tentative de conversation maladroite. Mieux elle su rebondir parfaitement dessus. Ainsi Shaun apprit qu’elle était férue d’histoire en générale, sans distinction aucune. Peut-être lui racontera-t-il les méandres de son début de vie chez les moldus si cela pouvait l’intéresser. Mais il était encore tôt pour aborder les bagages de chacun bien qu’elle semblait s’en être assez bien affranchi, aussi change-t-il de sujet. La encore elle raviva son intérêt d’une allusion subtil à sa remarque déplacer sur leur âge. Trouvant ça charmant qu’elle le taquine ainsi, il esquissa un faible sourire qui adoucit son visage le temps d’un instant.

Il écarquilla les yeux, à la suite de l’ébène. Non pas qu’il ne la croyait pas, elle avait vécu pas mal de chose digne d’intérêt, et continuait même à faire quelques traits d’esprit. Son sourire s’étendit jusqu’à la fin de son récit. La, il porta sa tasse à sa bouche, soufflant doucement dessus, il bu une gorgé avant de reposer le contenant sur la table, cherchant ses mots pour être le plus franc possible avec elle.

« Tu es pleine de surprise et de ressources. C’est dommage que nous ne nous sommes pas entendus plus jeunes. »

Il le pensait sincèrement. Avoir quelqu’un qui aurait toujours quelques choses d’intéressant à dire lui ferait sans doute le plus grand bien. Comme ses murs défraichis par les années, il avait besoin de renouveau et la légèreté de lieux et de ses habitants allaient l’y aider. La question lui revint en boomerang et même s’il n’avait pas envie de sortir les violons pour parler de son passé, les rires de son interlocutrice le prit au jeu. Elle se moquait gentiment de son vieil ami et cependant elle n’était pas loin de la vérité. Il n’allait pas s’apitoyer sur son sort. Il avait fait le deuil de sa vie même si la cruelle absence des siens lui pesait sur le cœur.

« Et pourtant… Disons que finir Poudlard n’a pas été une réussite pour moi. Oh bien sur j’ai eu des propositions mais … je ne savais pas quoi faire qui me soit intéressant. J’ai eu beaucoup de petits boulots chez les moldus jusqu’à ce que je m’engage comme Aurore…»

Ses yeux se baissèrent sur sa coupe. Il cherchait à nouveau ses mots, voulant être juste dans ce qu’il voulait dire, sans pour autant aborder le coté dramatique de ce qu’il avait vécu. Jouant nerveusement avec l’anse de tasse, faisant tapoter ses ongles dessus, il réfléchissait à ce qu’il l’avait conduit à se présenter. Bien des choses à vrai dire.

« Rusard à … toujours eu sa place ici. Il… il n’avait sans doute nulle part où aller, son travail était stable bien que parfois dangereux, il était utile bien que peu de personne ne lui prêtait attention et il avait même des amis apparemment ! Je suppose qu’après toutes ses années à traquer les mages noirs, j’ai eu envie d’une vie aussi simple que la sienne. N’est-ce pas la seconde maison de tous ceux qui sont passé ici ? Et comme ton vieil ami, je suis un peu aigri par la vie donc ce travail me va parfaitement ! »

Reprenant sa tasse pour en vider le contenu comme si cela avait été un alcool fort, il la reposa un peu plus fortement. Il avait le présentiment d’avoir jeter un froid avec ses allusions sombres. Il lui fallait désamorcer la situation à présent.

« Le café est plutôt bon effectivement. J’ai été barista dans ma précédente vie, pendant une saison. Je te ferai le café la prochaine fois. Peut-être qu’il sera meilleur… ou pire puisque je suis parti après seulement quatre mois. »
Codage par Libella sur Graphiorum

descriptionQui es-tu vraiment ? EmptyRe: Qui es-tu vraiment ?

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum