ExpelliarmusConnexion
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% Nike Waffle One – Chaussure pour Homme
65.97 € 109.99 €
Voir le deal

descriptionLe mystère entre les pages | PV Donovan EmptyLe mystère entre les pages | PV Donovan

more_horiz
Louisiane, Berceau du Vaudou, par Celestin Mallory. Prue était tombée sur ce livre par hasard, tandis qu'elle écumait les rayons de la bibliothèque de Poudlard, à la recherche de la façon dont elle occuperait sa prochaine heure de pause. Elle s'était dit, quand elle avait vu le titre, que c'était là une occasion d'approfondir l'histoire de cet art ancien en Amérique du nord. Ainsi que les persécutions que ses patriciens avaient dû subir dans le contexte de l'époque. En somme, elle avait emprunté le livre pour des recherches parfaitement ordinaires.

Lorsqu'elle l'avait commencé, elle ne s'était pas attendu à ce que quoi que ce soit lui saute aux yeux. Le contenu était intéressant, bien sûr, mais elle n'avait cru y trouver qu'une simple perspective d'époque. Rien n'aurait pu la préparer à ce qu'elle y avait trouvé. Car l'une des illustrations l'avait immédiatement interpellée. Pas parce qu'elle était extraordinaire, ni révolutionnaire. Mais plutôt parce qu'elle lui semblait familière.

C'était un simple croquis, là pour illustrer la vie de l'époque à Bâton-Rouge. Mais n'était pas là ce qui avait attiré son attention. Plutôt, c'était l'homme au premier plan. Un visage assez détaillé pour qu'elle puisse en reconnaître les traits. Et elle avait cette drôle d'impression de l'avoir déjà vu quelque part. Peut-être même à Poudlard, elle en mettrait sa main à couper. Son visage était reconnaissable. Prue avait déjà eu ce genre d'impression de déjà-vu, par le passé. Or, l'expérience lui avait appris que chaque fois qu'elle suivait son intuition, elle faisait d'étonnantes découvertes.

Elle avait ouvert l’œil, les jours qui avaient suivi. Elle avait arpenté les couloirs, son livre ouvert en main, à la recherche de la personne qu'elle avait cru reconnaître. C'était alors qu'il était apparu, au détour d'un escalier. Donovan Craig. Le nouveau professeur de potions. Bien sûr qu'elle ne s'était pas immédiatement rappelée de son nom. Prue n'avait pas choisi de poursuivre cette matière, quand elle avait rejoint le cursus universitaire. Et il était arrivé après qu'elle ait passé ses ASPIC. Elle ne le connaissait donc que de nom. Mais son visage ressemblait tant à celui du croquis que la jeune femme en était troublée.

Elle avait vérifié que les illustrations étaient bien d'époque, d'abord, et il se trouvait que c'était bien le cas. Celestin Mallory était l'auteur de chaque croquis dans les pages de ce livre. Si le professeur Craig était bien celui qui avait posé pour cet homme, il aurait alors plus de cent ans. Certes, certains sorciers étaient parvenus à vivre bien plus longtemps, bien qu'il fut très rare de dépasser les cent-cinquante. Mais jamais elle n'avait entendu parler d'un sorcier capable de conserver sa jeunesse de la sorte. Peut-être était-il métamorphomage ? Ou peut-être l'homme sur le croquis était-il l'un des ancêtres du professeur. Peut-être même se trompait-elle sur toute la ligne.

Prue ne l'aurait jamais admis en public, car elle savait que son comportement était plus que discutable. Mais elle avait cherché des archives. Des documents. Quoi qu'elle puisse trouver sur le professeur Craig. Et elle n'avait rien trouvé. Pas un titre de naissance, rien. Ce qui en disait déjà long. Elle avait posé des questions à ses élèves, à d'autres professeurs, sans se montrer trop intrusive, de peur qu'on la prenne pour folle. Jusqu'à-ce qu'elle réalise qu'il serait sans doute plus efficace, et beaucoup moins bizarre, de lui poser la question directement.

C'était pour cela qu'elle avait décidé de venir le voir directement dans la classe de potions. Une décision étrange, de la part de l'étudiante. Après tout, monsieur Craig n'avait jamais été son professeur. Sans doute était-ce inhabituel de voir une telle élève dans sa classe.  Pourtant, elle se tenait bien là devant lui, quelques livres en main. Louisiane, Berceau du Vaudou, le premier de la liste. Et elle avait une drôle de lueur dans le regard. Inquisitrice et curieuse. Comme si elle essayait de percer le pauvre professeur avec ses yeux. Elle s'était inclinée poliment avant de s'exprimer. "Bonjour, professeur Craig", avait-elle débuté.

"Je vous prie d'accepter mes excuses", avait-elle immédiatement continué. "J'espère ne pas vous déranger. J'ai conscience que votre temps est précieux, et que vous avez sans doute déjà beaucoup à faire avec vos élèves..." Ses yeux s'écarquillèrent. Elle venait d'avoir une réalisation."Oh, je suis mademoiselle Malefoy, étudiante de dixième année, cursus sport, justice et communication magique', précisa-t-elle par  politesse. Elle s'éclaircit la gorge, puis prit un air avenant, poli, mais confiant. "Peut-être est-ce une question, hm..." Elle chercha le bon mot. "Inopportune ? Si tel est le cas, je vous prie de bien vouloir me la pardonner à l'avance. Mais enfin... quel âge avez-vous ?" Malgré toutes les fioritures précédentes, Prue avait fini par poser la question la plus directe qu'elle avait put imaginer. "… S'il vous plaît d'y répondre, bien entendu", ajouta-t-elle tout de même, comme une obligation. Ses doigts semblaient fébriles, agrippés à ses livres comme à une poignée dans un train en mouvement. Visiblement, elle attendait la réponse avec anticipation.

descriptionLe mystère entre les pages | PV Donovan EmptyRe: Le mystère entre les pages | PV Donovan

more_horiz
La plume crissa sur le parchemin tandis que Donovan hochait la tête de gauche à droite. Le professeur de potions se penchait sur un devoir qu’il avait demandé à ses cinquièmes années. Ce n’était pas brillant. Peu d’entre eux était parvenu au résultat attendu. Était-il donc si exigent pour une année d’examens qui conditionnerait l’avenir de ces petites têtes pas toutes blondes ? Il ne lui semblait pas pourtant. Il avait consulté les registres, les programmes et il lui semblait qu’il les préparait comme il se devait à leurs BUSEs. Un claquement de langue ponctua la nouvelle rature qu’il fit sur le parchemin. Lamentable, vraiment.

C’est alors que l’on frappa à sa porte. Tiens donc ? Donovan leva les yeux de ses devoirs et fixa un instant la porte comme si celle-ci allait lui dévoiler l’identité de son visiteur. Le panneau, pourtant, ne dévoila rien, pas plus qu’il ne s’ouvrit sans son intervention. Le professeur pointa donc sa baguette et ouvrit la porte par un sort informulé. Il savait déjà que derrière se trouverait un étudiant, ou du moins il s’en doutait. La plupart de ses collègues serait entré sans attendre plus longtemps. S’il ne fut pas surpris, donc, de voir apparaitre une jeune fille en uniforme, Donovan le fut cependant quant à son identité. Cette jeune fille lui était tout bonnement inconnue.

Il y avait là de quoi intriguer le professeur, car manifestement l’élève ne s’était pas trompée de porte. Elle venait bel et bien pour voir un enseignant qu’elle ne côtoyait pas en classe. Venait-elle au nom de l’un ou l’autre de ses camarades ? Intrigué, Donovan se leva et passa devant son bureau où il s’appuya tout en faisant signe à la jeune fille d’approcher.

Dès les premiers mots, Donovan sentit qu’il y avait là quelque chose d’étrange. Son instinct forgé de longues années à fréquenter les humains, lui disait que la jeune fille avait une idée bien précise en tête. Cela venait-il de son regard clair qui paraissait trancher dans le vif ? Ou bien de son attitude froide, polie mais réhaussée d’une certaine curiosité ? Difficile à dire. Le semi-vampire en conçu un certain inconfort et croisa les bras sur son torse en une attitude fermée.

Il écouta pourtant la jeune Serpentard avec politesse, attendit de connaitre le fin mot de cette histoire. Les précautions dont elle enroba sa question, ses hésitations accentuèrent le malaise de Donovan qui pressentait qu’il n’aimerait pas l’entendre. Et la suite lui donna raison.

Son âge. L’adolescente demandait son âge.

Bien sûr, il eut pu s’agir d’une question anodine. Miss Malefoy eut pu être de ces âmes sensibles que le charme vampirique avait séduit au corps défendant de Donovan et elle serait venu faire connaissance avec ce professeur qu’elle n’avait jamais eu comme enseignant. C’était tout à fait incorrect vis-à-vis du règlement et de la bienséance mais parfaitement vraisemblable.

L’instinct du semi-vampire, lui, disait tout autre chose. Il soutenait à Donovan que se cachait sous cette question bien autre chose qu’une simple étudiante séduite. Alors durant quelques instant Donovan demeura silencieux. Il soutint le regard pâle de la jeune fille pour tenter d’y lire les intentions qu’elle dissimulait dans son esprit et les idées portées par sa question. Puis son propre regard descendit. Il détailla les signes de nervosité évidente, cette attente fébrile qui vibrait dans ses muscles.

C’est alors que le livre lui apparut. Et Donovan comprit.

Il lui fallait rester prudent. Si la nature de son sang venait aux oreilles des parents d’élèves il n’y avait aucun doute que l’on demanderait sa démission sans tarder. Donovan n’aurait su prédire la réaction de la directrice face à une telle demande.

« Voilà une demande bien étrange, miss Malefoy. Vous avez raison de penser qu’elle est inopportune, je dirais même inappropriée. Puis-je connaitre la raison de cette question ? »

Bien qu’il en sache tout à fait l’origine, Donovan ne désirait pas dévoiler ses cartes. Il souhaitait d’abord connaitre le jeu de la jeune fille, ainsi que ses intentions. Il marchait sur une corde raide, mieux valait assurer son équilibre. Raison pour laquelle un nouveau coup de baguette referma la porte. Quelle que soit les informations qui pouvaient filtrer entre cette élève et le professeur de potions, ce dernier ne tenait pas à ce que quiconque passant dans le couloir ne puisse en profiter.

descriptionLe mystère entre les pages | PV Donovan EmptyRe: Le mystère entre les pages | PV Donovan

more_horiz
Prue ne montrait absolument aucune difficulté à soutenir le regard du professeur. C'était presque comme si elle n'avait pas du tout remarqué la légère tension qui montait. Pourtant, elle avait bien noté que la réaction de monsieur Craig était inhabituelle. Face à une question aussi stupide et frivole, n'importe quel professeur aurait immédiatement envoyé Prue voir ailleurs d'un revers de la main. Au lieu de cela, le professeur avait décidé de fermer la porte, comme si la situation était sérieuse et digne d'un entretien particulier. La jeune femme était de plus en plus intimement persuadée d'avoir mis le doigt sur quelque chose. Malheureusement, c'était à double tranchant, car le professeur avait l'air plutôt fermé à la discussion. Ce qui était compréhensible, puisqu'elle avait été très directe. Elle devait le remettre en confiance avant qu'il coupe court à l'échange.

"Je vous prie de bien avoir l'obligeance m'excuser, alors'', répondit-elle d'une voix humble. "Je suis confuse, c'était très maladroit de ma part. Je n'insiste pas, bien sûr", tenta-t-elle de le rassurer, en gardant une posture aussi ouverte que possible. Elle chercha à retrouver son regard, et dès qu'elle y parvint, elle invoqua son meilleur sourire affable.

"Je suppose que je ne vous dérange pas, alors ?'' Il était logique de parvenir à cette conclusion, puisqu'il avait fermé la porte. Cela pourrait être long." Elle lui rappelait, comme pour le rassurer, que cette conversation pouvait se terminer dès qu'il le souhaiterait. Il restait le professeur, après tout. "Eh bien, voyez-vous, j'ai un intérêt particulier pour l'histoire. Et l'étude des magies anciennes fait partie de mes matières optionnelles. Alors, dans le cadre de recherches extra-scolaires, j'ai décidé de m'intéresser à l'histoire du vaudou en Louisiane, et..."

Elle se saisit du livre qu'elle gardait sous le bras. Il était foisonnant de signets colorés, ce qui laissait à penser que la jeune femme avait pris beaucoup de notes. Même si le professeur n'était pas concerné par elles. Pourtant, elle sut instantanément à quel page se trouvait le croquis. Elle avait utilisé un marque-page particulièrement voyant pour le retrouver. Elle lui tendit le livre ouvert, sans rompre le contact visuel. Le même sourire au visage.

"Je sais de source sûre que c'est vous, sur ce croquis, professeur Craig. Je n'ai absolument aucun doute sur ce point." Ce n'était que de l'esbroufe. Prue n'en avait aucune idée. C'était là un pari, et un pari risqué. Elle pensait qu'il serait bien plus efficace de feindre la confiance. Si c'était bien lui, alors il aurait plus de chances de l'avouer. A contrario, si elle montrait qu'elle était incertaine, alors il aurait plus de chances de prendre l'ascendant et de le nier. Si la jeune femme se trompait sur toute la ligne, alors elle souffrirait la légère blessure à son ego. Une petite humiliation valait bien la possibilité qu'elle ait raison.

"C'est pour cela que je souhaitais, humblement, vous demander si vous auriez l'extrême obligeance me parler de cette période." Et c'était sincèrement ce qu'elle était venue quérir. Un simple document historique était infiniment moins précieux que le témoignage direct d'une personne qui avait vécu l'événement, qui l'avait vu de ses yeux. "Je vous paierais pour votre temps, bien sûr. Ne vous en faites pas, j'ai parfaitement conscience qu'il est précieux." Son père savait qu'elle ne dépenserait pas son argent dans des frivolités, elle. "Mais c'est votre décision, bien entendu." Elle marqua une petite pause, comme si elle hésitait à ajouter la suite.

"… Et puis, soyons sérieux, reprit-elle finalement. "Si vous avez conçu un élixir de longue vie qui ralentit le vieillissement, vous êtes officiellement le professeur le plus remarquable de toute l'histoire de ce damné château. J'en supplierais la directrice de me laisser changer de matière optionnelle." C'était un trait d'humour pour détendre l'atmosphère, mais quelque part au fond d'elle, elle espérait que ce soit vrai. Si c'était bien le cas, n'avait-il pas accompli le but premier de l'art ancien qu'était l'alchimie ? N'avait-il pas créé la panacée ? Si le professeur y était parvenu, il serait officiellement la personne la plus intéressante qu'elle ait jamais rencontré.

Prue ne souhaitait pas être immortelle. Et si elle devait arrêter son vieillissement, elle choisirait sans doute un âge plus avancé que le professeur. Les cinquante ans, peut-être soixante. Cela lui semblait idéal. Assez vieux pour qu'on la prenne au sérieux, et assez jeune pour éviter les problèmes de santé qui venaient avec la vieillesse. Cela dit, ce n'était pas tant la panacée elle-même qui l'intéressait, mais plutôt quel genre de personne serait capable de la créer, et l'encyclopédie de savoirs qu'un tel individu devait garder dans sa tête, comme quelque coffre au trésor qu'elle cherchait à ouvrir.

descriptionLe mystère entre les pages | PV Donovan EmptyRe: Le mystère entre les pages | PV Donovan

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum