ExpelliarmusConnexion
Le Deal du moment : -40%
-40% Nike Crater Impact SE
Voir le deal
68.97 €

descriptionSe faire prendre la main dans le sac [PV January] EmptySe faire prendre la main dans le sac [PV January]

more_horiz
« Hell hath no fury like a woman scorned. »
- The Morning Bride de William Congreve

La nouvelle qu’un dénommé Chang, un jeune de cinquième année de la même famille que l’autre idiot universitaire qui faisait régulièrement honte à la maison des Serpentards, ait planifié de ridiculiser Emma Ollivander en l’invitant à un rendez-vous « secret » à la cour intérieure après les cours avait vite fait son chemin jusqu’aux oreilles de Rosalind… Ce qui ne pouvait aboutir à rien de bon pour cette petite couleuvre, car la douzième année n’avait pas dans l’habitude de faire dans la dentelle quand il était question de défendre l’honneur de sa petite soeur. En fait, on ne s’en prenait simplement pas à un des proches de la Danoise sans provoquer son courroux, même pas en théorie.

L’étudiant asiatique ne tarda pas à se mettre à cracher des limaces tandis que des poireaux lui poussaient dans les oreilles une fois que la Féroïenne eut mis les yeux dessus. Il va sans dire qu’il y penserait à deux fois avant de concevoir d’autres plans de nature semblable, surtout si ça impliquait la cadette des Ollivander.

Maintenant que cette affaire était réglée, l’universitaire était prête à regagner le quartier étudiant à Pré-au-Lard. Du moins, jusqu’à ce qu’une odeur de cigarette ne parvienne jusqu’à ses narines... Elle prit aussitôt la direction de la source puisque dans son état d’énervement actuel, elle n’était pas prédisposée à laisser passer cette transgression aux règlements de Poudlard.

Rosalind s’approcha, silencieuse comme un chat et avec sa baguette en main. Ayant une bonne maîtrise des sortilèges informulés, elle lança un sortilège d’extinction à la cigarette du jeune homme à priori bien caché des regards. Elle suivit immédiatement avec un locomotor insonore pour faire voler l’objet interdit jusqu’à elle. Ce ne fut qu’alors qu’elle révéla sa présence à l’étudiant. 

- Pour un futur Auror et membre respectable du club de duel, ce fut étonnement facile de te prendre par surprise, Christmas. Elle soupira avant de lui tendre sa cigarette. Y a-t-il quelque chose qui te tracasse pour que tu sois irréfléchi au point de fumer dans un lieu public très populaire à l’heure de pointe? Il me semble que tu as habituellement plus de jugeote que ça. Elle croisa les bras et prit un ton moins sévère. Fait plus attention à l’avenir, ok? Si ça l’avait été un préfet des autres maisons qui avait senti ta cigarette, ça aurait pu mal finir pour toi.

Ainsi que résulter en une perte de points pour les Serptentards, ce qui n’était pas une bonne façon de commencer l’année scolaire.

descriptionSe faire prendre la main dans le sac [PV January] EmptyRe: Se faire prendre la main dans le sac [PV January]

more_horiz
Il était passablement irrité. En fait, le terme était plutôt faible. Complètement furieux, le Serpentard avait cherché à s’isoler, histoire d’éviter de passer ses nerfs sur tous les passants qui auraient le malheur de croiser sa route. Sa journée s’était bien mal entamée alors qu’il avait été victime d’une très mauvaise blague de la part de Walsh Tadros, un connard de même année que lui. Malgré leur statut de « compatriote Serpentard », l’imbécile couvert d’acné avait cru bon rendre la vie de Christmas plus merdique, le poussant lamentablement au détour d’un couloir afin de le forcer à s’affaler lamentablement au sol. Dans le processus, January avait échappé ses effets au sol et Tadros avait usé d’un sort d’incendio sur son bouquin qui avait glissé sur le pavé. Or, ce roman d’enquêtes policières moldues lui avait été offert lors des vacances d’été par son grand-père, lequel savait qu’il appréciait ce genre de lecture. Inutile de préciser que le geste aussi gratuit que débile avait mis le futur Auror dans une colère monstre. Agrippant sa baguette, il s’était levé d’un bond et avait braqué cette dernière en direction de son collègue de classe, mais avait suspendu sa formulation alors que deux professeurs s’étaient approchés, alertés par la cohue du groupe.

Rangeant sa baguette prestement pour éviter des ennuis complètement inutiles, Christmas avait toisé d’un air mauvais Tadros qui rigolait et effectuait un « L » avec son index et son pouce en guise de provocation. Tout compte fait, ça valait peut-être la peine de se coltiner des heures de colle, s’il pouvait fracasser la gueule de cet idiot à coups de pied! Prêt à s’élancer pour en venir à la confrontation physique, January fut stoppé par l’un des enseignants qui lui demanda prestement de circuler alors qu’il s’occupait du cas Tadros.

La mâchoire serrée, le jeune homme de 18 ans ramassa à la volée le reste de ses effets et balança un doigt d’honneur en direction de son agresseur, ignorant les remontrances du corps professoral qui n'appréciait pas son geste. Si Walsh croyait pouvoir s’en sortir aussi facilement, alors c’était qu’il était encore plus idiot qu’il n’y paraissait. January allait se venger, il n’y avait rien de plus sûr.

Connard d’enfoiré d’enc*lé de crétin de Tadros. Il allait voir qu’est-ce qu’il en coûtait de faire chier un Christmas! Même si son nom de famille était tout sauf menaçant, Ary avait une panoplie d’idées derrière la tête. Mais avant tout, il devait se calmer. Ainsi, il s’était élancé vers la cour intérieure, ignorant tout regard ou toute interpellation lui étant destinée. Contournant le flanc de l’école pour longer le mur de pierres, le Serpentard s’arrêta dans un endroit tranquille, loin de tous et s’installa en position assise, ses jambes repliées devant lui et le dos appuyé à la façade de Poudlard.

Sans attendre, il agrippa une clope et l’alluma grâce à un sortilège. Bon sang, la nicotine avait ce chic de le calmer… d’ordinaire. Là… Il fulminait encore beaucoup trop. Ce bouquin… Il l’adorait. Il n’en était qu’à la moitié, mais le dévorait petit à petit chaque fois qu’il en avait la chance. D’autant plus qu’il s’agissait d’un présent de son grand-père paternel, lequel il n’avait pas régulièrement la chance de côtoyer. It sucks. Se pinçant l’arête du nez de sa main libre, Ary sursauta lorsque sa clope fut éteinte d’un seul coup, puis arrachée de ses mains par un sortilège visiblement informulé.

- Walsh, tonna-t-il. Je te jure que je vais te casser la gueule et quand j’en aurai fini avec toi, plus personne ne te reconnaîtra!!

Croyant visiblement qu’il s’agissait d’une récidive de son agresseur de plus tôt, Christmas avait prestement dégainé sa baguette et pointé cette dernière vers la nouvelle venue, suspendant à nouveau son geste en constatant qu’il faisait erreur sur la personne. Si Christmas n’appréciait pas bon nombre des élèves de Poudlard, il n’était pas non plus du genre à attaquer impunément quiconque qui ne l’avait pas préalablement mérité.

- Ollivander… Fit-il d’un ton plus neutre alors qu’il se détendait, abaissant immédiatement sa baguette.

Cette dernière tenait sa cigarette entre ses mains. De quelques années son aînée, la jeune femme faisait également partie du club de Duel et étudiait dans le même cursus que Christmas. Ollivander était peut-être considérée comme froide et distante, mais elle était naturellement douée dans les domaines qui intéressaient principalement le jeune homme de 18 ans. Pour dire vrai, elle était probablement l’une des universitaires Serpentard qu’il respectait le plus.

Le petit reproche que cette dernière lui balança piqua Ary dans son orgueil, mais il devait admettre qu’elle n’avait pas tort. Il ne savait pas trop ce qu’il avait aujourd’hui… d’abord déjoué lamentablement par Walsh, puis surpris par Ollivander… Il n’était peut-être pas dans son assiette tout compte fait. D’autant que la colère qu’il ressentait avait ce chic de le distraire. Massant sa nuque d’un air malaisé, Christmas encaissa les autres répliques sans rétorquer et reprit la cigarette qui lui était tendue. Rosalind avait raison, bien qu’il ne s’empêchait jamais de griller une clope, il était naturellement plus prudent que ça, d’ordinaire. Quelle journée de merde.

- J’ai eu de meilleurs jours…

Il reprit place au pied du mur, s’accroupissant et adossant son dos et sa tête à la chevelure brune sur la paroi de pierres.

- Mais tu as raison, c’est une erreur de débutant. C’est la deuxième fois aujourd’hui. Il faut croire que je me ramollis. Il jeta un regard en coin en direction de son aînée, puis enfonça sa clope éteinte dans ses poches. Merci de ne rien dire. Je n’ai réellement pas besoin, en plus, d’avoir le corps professoral sur le dos.

Jetant un sortilège de Récurvite, l’aîné des jumeaux Christmas fit disparaître l’odeur de cigarette qui planait sur ses fringues. Il se détendrait une autre fois, visiblement. Poussant un soupir, il fixa l’horizon devant lui, réalisant bien à quel point la situation survenue ce matin le dérangeait. Non seulement ce bouquin lui importait beaucoup, mais il était troublé par la facilité avec laquelle Tadros l’avait déstabilisé, lui qui n’était pas réputé pour être une élève brillant ni même doué.

- Je ne suis pas fier de l’admettre, mais Tadros m’a bien fait chier ce matin. Je me suis fait avoir comme un novice. Je ne sais pas ce qui m’enrage le plus : que ce crétin ait réussi à me prendre de revers ou le fait qu’il ait réussi à brûler mon bouquin. Ma propre incompétence d’aujourd’hui me dégoûte. Mais ça ne restera pas là. Je ne peux pas ne pas réagir à sa provocation… Puis, il ramena son attention sur son interlocutrice, comprenant soudainement qu’il déballait son sac naturellement… chose qui ne lui ressemblait pas non plus. Et voilà que je me confie. Je dois être malade. Je devrais peut-être me rendre à l’infirmerie. Merci de garder ça pour toi, Ollivander. On va penser que je me transforme en Bisounours et j’ai une image à conserver.

Il esquissa un léger sourire en coin. Il allait mijoter sa vengeance lentement. Et hors de question qu’il n’implique Novy. Il allait se débrouiller seul, comme un grand.

_________________
Se faire prendre la main dans le sac [PV January] Sans_t12

#66333

descriptionSe faire prendre la main dans le sac [PV January] EmptyRe: Se faire prendre la main dans le sac [PV January]

more_horiz
- Pardon, est-ce que je t’interromps pendant ta séance de fumage de cigarette illicite? demanda-t-elle sarcastiquement après s’être fait méprendre pour Walsh, un sourcil haussé et aucunement intimidée.

La Danoise avait appris il y a longtemps qu’elle ne devait pas poser de questions si elle n’avait pas la patience d’écouter la réponse. Voire qu’elle avait habituellement un talent pour mettre fin aux conversations dès qu’elle entendait jouer les premières notes de violon. Ce n’était pas pour rien qu’elle ne faisait pas partie des gens populaires à Poudlard. Sauf qu’elle tenait le jeune Christmas en bonne estime - c’est-à-dire qu’elle n’avait jamais eu rien à redire à son sujet… Enfin, jusqu’à aujourd’hui, du moins.

Bref, cette non-haine avait joué en faveur du garçon puisqu’elle avait décidé de ne pas être trop dure avec lui, l’avertissant plutôt que de le dénoncer. Elle était même allée jusqu’à lui demander ce qui pouvait le rendre aussi négligent après qu’il l’ait menacée. Elle voyait sans misère qu’elle n’était pas la personne à l’avoir mis dans cet état.

- Ah bon? Sans blague.

Rosalind croisa les bras. Elle aurait pu filer avant de se transformer en confessional humain, mais elle avait ce fichu côté maternel qui ne s’éteignait jamais. C’était clair comme de l’eau de roche que son cadet s’apprêtait à partager ses soucis avec elle. Elle soupira avant de prendre place au sol elle aussi.

- Je n’aurais tiré aucune satisfaction de te voir te récolter une retenue.

La Féroïenne ne pouvait pas en dire autant pour Chang Junior. C’était à croire que cette famille d’abrutis et tous leurs amis proches se faisaient un point d’honneur d’humilier les Serpentards, voire la race humaine en général. Ils l’agaçaient presque au point d’être amusée des farces que les autres sorciers leur faisaient à répétition. Presque.

- Tu me surprendrais davantage si tu me disais que Tadros ne t’avait pas fait chier.

C’était vrai, ce mec était rarement mentionné de façon positive dans une conversation. C’était déplorable de voir certains confrères de maison agir de manière aussi désolante. Ce fut donc sans grande surprise que l’universitaire apprit les grandes lignes de ce qui avait tracassé January. Ainsi, Walsh avait ruiné un objet qui lui était cher et il s’en voulait de ne pas avoir été en mesure de l’en empêcher. Elle pouvait comprendre sa frustration. La fierté était un trait que les verts cultivaient soigneusement.

Le futur Auror sembla s’apercevoir à cet instant qu’il confiait de l’information personnelle sur ses états d’âmes tandis que ce n’était pas dans ses habitudes de le faire. Il tenta de justifier son comportement en prétextant avoir un trouble quelconque. Il lui demanda ensuite de passer cet épisode sous silence afin d’éviter que le reste du corps étudiant ne le prenne pour un Bisounours.

- Je devrais te charger des frais pour tous ces secrets que tu veux que je garde. L’ombre d’un sourire en coin se dessina sur le visage d’Ollivander : évidemment que c’était une blague. Donc, c’est une perte sentimentale et un égo meurtri qui t’afflige à ce point. Elle se permit de placer le revers de sa main sur le front de son compagnon. Je suis désolée de t’apprendre que la fièvre n’est pas la source de tes problèmes. Elle ramena ses mains sur son genou gauche, étirant son autre jambe par le fait-même. Voici ce que j’en pense, commença-t-elle sans même demander s’il voulait son avis, deux choix s’offrent à toi. Soit tu t’abaisses au niveau de Tadros en trouvant un moyen aussi puéril que le sien pour te venger… Auquel cas, tu dois t’assurer de ne pas manquer ton coup, ainsi que t’attendre à des représailles de sa part. Ce genre de choses a tendance à se transformer en cercle vicieux assez rapidement. Soit tu prends sur toi en ne lui donnant plus la satisfaction de te voir dans tous tes états. Se créer une carapace est une façon de masquer nos faiblesses, certes, mais il importe surtout de trouver un moment pour laisser libre cours à ses émotions… Que ce soit en pleurant, en criant, en écrivant, etc. Trouve un moyen qui te parles. En en gardant trop pour toi, tu t’exposes à des moments de rupture comme ce que tu as vécu ce matin.

La jeune femme prit la peine de regarder son cadet dans les yeux. Les petites perles de sagesse qu’elle partageait avec lui étaient rarement offertes, alors il était mieux d’en profiter pendant qu’elle était d’humeur à sympathiser.

- Dis-moi, quel était ce bouquin qui te tenait tant à coeur? Et est-il vraiment irrécupérable? Nous avons une excellente bibliothécaire qui serait peut-être en mesure de le restaurer.

La Danoise essayait de lui fournir des pistes de solution, considérant que c’était plus efficace que de le laisser ruminer une terrible vengeance. Après, s’il décidait de riposter à l’offense de Tadros, c’était entièrement à sa discrétion.

descriptionSe faire prendre la main dans le sac [PV January] EmptyRe: Se faire prendre la main dans le sac [PV January]

more_horiz
Coincé dans ses réflexions du moment, Ary fixait l’horizon, échafaudant mentalement un plan destiné à se venger de ce connard de Tadros. Après tout, son honneur était un peu sur la corde raide et il refusait de se faire bêtement intimider comme une mauviette. Non seulement ce n’était pas digne de lui, mais ce ne serait également pas rendre justice à sa jumelle.

La voix d’Ollivander l’extirpa de ses pensées, l’incitant à tourner la tête en sa direction. La voilà qui tentait de lui faire du chantage, à la blague, bien évidemment. Ce sourire en coin dont elle le gratifia eut ce chic de l’inciter à faire pareil. Dans toute sa perspicacité, la Serpentard aînée fit un court résumé de la situation, lequel était aussi froid que juste. Il ne pouvait pas nier la véracité de ses propos... tout était une question d’orgueil, en fait.

- Je ne peux pas nier que mon égo est sévèrement écorché... Lui concéda-t-il en se passant une main dans sa chevelure chocolatée. C’est probablement ça qui m’énerve le plus. Le bouquin en tant que tel était un cadeau... alors oui, ça aussi ça me met en rogne. Mais bon, rien ne sert de se morfondre, ça ne réparera pas les pots cassés.

Posant une main délicate dans le front du jeune homme, Rosalind eut ce chic de le faire sursauter par son geste. Enfin, pas qu’il était rebuté réellement par les contacts physiques de cette dernière (surtout qu’il avait beaucoup d’estime pour elle et... avouons-le... elle était carrément belle quoi), mais il ne s’était pas attendu à un geste d’une telle douceur de sa part. D’emblée elle déclara ne déceler aucune fièvre chez lui, ce qui poussa le jeune homme à sourire encore une fois, amusé. Puis, elle continua sur sa lancée, balançant son opinion sans qu’elle ne soit demandée. Toutefois, Ary ne s’en formalisa pas, étant en fait plutôt curieux d’entendre le point de vue de Rosalind.

D’un air songeur, il écouta les propos de son aînée alors qu’elle faisait preuve, somme toute, d’une grande sagesse. Écoutant les deux options avec attention, Christmas dut admettre avoir jonglé un long moment avec l’éventualité de faire preuve d’immaturité. Après tout, faire chier Walsh serait de loin plus marrant que d’opter pour la voie de la sagesse. Toutefois, n’avait-il pas toujours déclaré être « au-dessus de tout ça »? Les coups fourrés et les répliques cinglantes, c’étaient davantage le domaine de November.

- Je suis forcé d’admettre que tu as très probablement raison... Fit-il en hochant de la tête. Même si rendre la monnaie de sa pièce à ce crétin est vraiment tentant. En contrepartie, se rabaisser à son niveau ne lui fournirait que davantage de munitions pour le futur. Ah! C’est barbant, parfois, être plus fin renard que ces imbéciles!

Portant ses mains derrière sa nuque, il s’adossa davantage sur le mur de briques et observa le ciel. Il allait suivre ses conseils, même s’il s’agissait de l’option la moins marrante sur terre.

- Oh... Le livre n’est pas si rare en soi. Enfin, c’est un bouquin moldu, un roman policier que mon grand-père m’a offert. Je dirais que la symbolique derrière le bouquin m’importe plus que le livre en soi. Puis, il tourna son regard en direction d’Ollivander. Je doute que Miss Lestrange en ait un exemplaire dans son répertoire... J’aurais plus de chance en me rendant dans une ville typiquement moldue. Et puis, il a été carbonisé par un sort d’incendio, alors je doute qu’il y a quelconque espoir.

Non, il n’y avait plus rien à faire pour son pauvre bouquin. Malgré tout, son grand-père était toujours de ce monde, alors il n’était pas impossible de réitérer l’expérience en lui demandant un autre exemplaire de ce roman tout sauf unique. Seulement, il ne côtoyait que très peu souvent ce dernier... Ah well...

- Merci, malgré tout. Tu n’es pas obligée de vouloir me remonter le moral de la sorte. Je pourrais comprendre qu’il s’agisse pour toi d’une perte de temps. Mais merci de prendre le temps de le faire. Et puis... je ferai gaffe pour la cigarette à l’avenir.

Puis, un sourire en coin naquit à nouveau sur ses lèvres, alors qu’une lueur malicieuse naissait dans ses prunelles.

- Bien évidemment que je vais suivre ton conseil, préférant malgré tout la froide indifférence à la vengeance. Mais s’il ose réitérer sa tentative, qu’elle soit fructueuse ou pas, je ne crois pas être apte à laisser passer le tout.

Parce que Tadros et sa bande allaient assurément retenter le tout. Tout le monde le savait. Il ne suffisait que d’une réussite pour motiver ses idiots à vouloir en faire davantage. Toutefois, Ary n’allait pas se laisser surprendre une nouvelle fois. Il était plus futé que ça. S'il acceptait volontiers de laisser passer pour cette fois, la prochaine allait être répréhensible, même s’il était celui qui devait se coltiner la retenue, pour ce faire.

- Nous ne faisons que discuter, pas vrai? Je serais curieux de savoir comment s’y prendrait la grande Rosalind Ollivander à ma place, si ce crétin venait à réitérer sa mauvaise blague sur elle. Oh je sais me défendre, ce n’est même pas la question. Seulement, toi qui es toujours aussi calme et posée, je me demande de quoi ça aurait l’air de te voir leur rendre la monnaie de leur pièce.

Il tourna le regard en sa direction, détaillant les beaux traits de la jeune femme. Sous cette carapace froide et indifférente se cachait assurément une adversaire redoutable, il en était persuadé. Ses fabuleuses performances en Club de Duel en étaient forcément un bon indicatif. Et puis... avouons-le, le tout bonifierait son sac d’idées au moment de se venger, si le besoin était.

Étant tout sauf déplacé dans son attitude envers elle, Christmas était surtout admiratif de la jeune femme. Bien qu’il gardait une retenue assurée dans la démonstration de son admiration, il était évident que les paroles de son aînée avaient un certain impact sur lui. Il aspirait à devenir un aussi bon duelliste qu’elle et à avoir une maîtrise aussi prodigieuse de ses émotions et de ses sortilèges.

- Tu sais que j’ai toujours trouvé que tu avais l’air redoutable, lors des Clubs de Duel? Admit-il, tout bonnement. Dès lors, je me suis promis d’éviter de te mettre à dos. Et je crois que je suis loin d’être le seul à songer la même chose! C’est peu dire!

Ça en disait long sur l’effet que pouvait faire parfois Ollivander. Elle inspirait le respect sans avoir à ouvrir la bouche. Exactement le genre de chose qu’il souhaitait pour lui-même, un de ces jours. Bon après, lui se coltinait le facteur « jumelle disjonctée », ce qui jouait beaucoup dans la balance, puisqu’elle s’efforçait à faire de lui une personne qu’il n’était pas... ou du moins qu’il croyait ne pas être.

Bon sang, même s’il tentait de ne plus y penser, il avait réellement envie de fumer sa clope. Foutue nicotine. Si parfois cette dernière lui donnait l’illusion d’avoir certains bienfaits, il devait admettre que c’était à d’autres moments un handicap, vu la dépendance qu’il éprouvait.

- Tu es sûre que tu n’as pas envie de partager une clope avec moi? Fit-il avec un sourire en coin, sachant pertinemment la réponse d’avance. C’était peine perdue. Mais qui ne tentait rien n’avait rien, pas vrai? On peut aller plus loin si tu crains les représailles du corps professoral... Au pire des cas, j’assume à 100 miles à l’heure que c’était mon idée.

_________________
Se faire prendre la main dans le sac [PV January] Sans_t12

#66333

descriptionSe faire prendre la main dans le sac [PV January] EmptyRe: Se faire prendre la main dans le sac [PV January]

more_horiz
- Ah! C’est barbant, parfois, être plus fin renard que ces imbéciles!

Rosalind ne le lui faisait pas dire! Ce n’était pas évident pour personne de faire taire ses envies de vengeance parce que le jeu n’en valait pas la chandelle sur le long terme. Les gens étaient naturellement tentés de redresser un tort subi au nom d’une justice de leur cru. Elle-même n’en était pas entièrement exempte… Ce pourquoi elle avait jugé important de ramener son cadet sur le droit chemin. Il aurait été dommage qu’il perde le sang-froid pour lequel il était réputé.

- Un roman policier de nos amis les moldus? Ça te va bien.

Après tout, c’était connu que le jeune homme souhaitait devenir un Auror. La Danoise afficha néanmoins un air désolé puisqu’il avait précisé que le bouquin était un cadeau de son grand-père… Et que s’il avait pris la peine de le mentionner, c’était parce que la valeur sentimentale de ce livre n’était pas négligeable.

- En effet, un Incendio bien placé peut rapidement venir à bout même du meilleur livre… Je suis désolée que tu aies dû vivre ça.

La Serpentard ne pouvait malheureusement rien faire de plus que d’offrir de plates excuses. Elle n’était pas particulièrement douée pour les trucs moldus, sauf peut-être au niveau des sports, puis elle s’imaginait mal sa petite soeur être une experte de romans policiers. Cette dernière était davantage une amatrice de trucs mignons tels que les films de Disney ou de musique populaire. Bref, elle ne connaissait personne qui aurait pu dépanner son confrère de maison.

- T’inquiète, ça m’a fait plaisir. Ne fais juste pas t’y habituer, avertit-elle légèrement.

Le reste du monde ne le savait peut-être pas, mais elle, elle était consciente que si quelqu’un de respectable comme January lui demandait une oreille attentive pour vider son sac, il y avait peu de chance qu’elle dise non.

- D’un autre côté, trop de passe-droits enverrait le mauvais message à Tadros, répondit-elle avec l’ombre d’un sourire en coin, faisant écho aux propos de son compagnon. Il faut quand même faire la part des choses.

- Nous ne faisons que discuter, pas vrai?

- Oui… fit-elle en haussant un sourcil.

Devait-elle se méfier de ce que Christmas était sur le point de lui balancer?

Ah, il voulait savoir à quoi ressemblait le courroux de la Féroïenne. Celle-ci se redressa un peu et s’éclaircit la gorge. Elle avait l’impression de s’être fait prendre à son propre jeu, à l’image d’un parent qui doit sortir l’excuse de « Fait comme je dis et pas comme je fais. » à son enfant pour justifier son comportement qui contredisait de manière flagrante ses recommandations.

- Eh bien, je présume que l’heure d’être honnête a sonné… Un certain abruti de quatrième année s’est mis en tête de faire un canular à ma petite soeur il y a quelques minutes à peine. Personne, et je dis bien personne, n’a le droit de faire de la peine à Emma ou de l’humilier de quelque façon que ce soit. Il y avait une note d’agressivité évidente dans sa voix pour la première fois depuis le début de leur conversation. Évidemment, ce n’était en rien dirigé aux huitième année, mais la mise en garde s’appliquait à tous les sorciers de Poudlard - et d’ailleurs. Tu risques donc d’avoir vent d’une couleuvre, fit-elle en référence à l’âge et à la maison de Chang junior, en proie à un violent crache limaces et un maléfice de poiroreilles tout aussi débilitant. Elle se gratta derrière une oreille, pensive. Et encore là, je crois que j’y suis allé doucement… Mais il n’y a aucun témoin. Elle enroula une mèche de cheveux autour d’un doigt. Bref, j’ai opté pour un avertissement assez sévère pour décourager toute tentative future ayant pour but de ridiculiser ma soeur. J’ai une politique de Tolérance zéro en ce qui touche la famille.

Ollivander était persuadée que le futur Auror partageait cette mentalité, lui qui était proche de sa jumelle. Non pas que cette dernière ne soit pas en mesure de se défendre, au contraire, mais les jumeaux en général étaient réputés d’être unis par un lien intense que le reste du monde ne pouvait qu’imaginer.

- La morale de cette histoire est de choisir tes combats. La majorité des cas ne valent pas la peine de s’emballer mais, si tu décides de passer à l’action… Fais-le pour les bonnes raisons et dans les limites de tes capacités, conclut-elle. Quant à moi, pour répondre à ta question, je n’hésiterais pas à foutre une raclée physique bien ordinaire à Tadros qu’il ne serait pas près d’oublier.

On sortait un tantinet du cadre d’auto-défense, mais l’universitaire n’avait pas passé toutes ces années à s’entraîner pour rien. Avec ou sans baguette, elle savait comment remettre les gens à leur place si le besoin se faisait sentir.

Perdue dans ses pensées, Rosalind ne vit pas venir le compliment sur ses prouesses dans le club de duel. Elle jeta un regard surpris à son interlocuteur. Elle cligna rapidement des yeux pendant quelques secondes. En fait, elle ne savait pas pourquoi elle était aussi déconcertée… Elle travaillait fort pour maintenir la réputation qu’elle avait.

- Eh bien… Je ne saurais quoi dire d’autre que tu as entièrement raison de te méfier de moi. Tu ne veux pas me voir quand je me mets en colère. Elle replia sa jambe afin d’appuyer son menton sur ses genoux, les yeux tournés en direction de son cadet. Tu es sur la bonne voie pour suivre dans mes traces, en tout cas…

À plus d’un titre, d’ailleurs… Il était de nature solitaire, qui rigolait peu, qui excellait en duel et qui savait exactement où il voulait aller dans la vie.

- Tu es sûre que tu n’as pas envie de partager une clope avec moi?

Voilà que January argumentait en faveur de fumer une cigarette. Il faisait fausse route s’il croyait qu’il y avait une chance, aussi minime fusse-t-elle, qu’elle accepte cette proposition. Elle tenait trop à être au summum de sa forme en tout temps pour ça. Toujours est-il que c’était comique de le voir aller avec son sourire en coin et son attitude de rebelle.

- Ah ouais, tu essaies de faire ton charmeur pour m’entraîner dans le vice? Je ne suis pas née de la dernière pluie, mon garçon. Meilleure chance la prochaine fois.

Le seul homme ayant le pouvoir de lui faire faire n’importe quoi se trouvait très, très loin, dans un dojo de Pré-au-Lard… Et il était mieux que personne ne sache qu’elle en pinçait pour un mec qui lui avait clairement fait savoir qu’il n’était pas disponible émotionnellement. Ce qui était une façon polie de refuser ses avances involontaires.

La douzième année se releva, puis épousseta son uniforme. Il était hors de question qu’elle se balade avec une grosse tache beige sur le derrière. Elle plaça les mains sur ses hanches et posa ses yeux bleu acier sur l’étudiant se trouvant toujours sur le sol.

- Si tu tiens tant à ta clope, pourquoi ne pas aller dans le parc? Ce serait plus facile de trouver un coin tranquille où tu ne risquera pas de te faire prendre la main dans le sac… Tout en étant moins loin que les résidences de Pré-au-Lard. Ah, Catja!

La renarde arctique venait de faire son apparition avec un papier dans la gueule. Sa maîtresse se pencha pour le récupérer et lu le contenu de la note. Elle sourit… jusqu’à ce qu’elle se rappelle qu’elle n’était pas seule. Elle fourra le papier dans sa poche avant de se croiser les bras.

- C’était un mot d’Emma. Je lui avais envoyé une mise en garde de la menace que posait mini Chang.

Pourquoi ressentait-elle le besoin de se justifier? La Serpentard ne devait aucune explication sur le courrier que lui transmettait son familier… Et pourtant, elle avait partagé la chose comme si de rien était. Elle ramollissait, c’était exaspérant.

- Quoiqu’il arrive, je me dirige vers le parc pour permettre à Catja de se dégourdir les pattes, si ça te tente d'aller fumer ailleurs. Sinon, si tu as d’autres questions, c’est maintenant ou jamais.

descriptionSe faire prendre la main dans le sac [PV January] EmptyRe: Se faire prendre la main dans le sac [PV January]

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum